04.4 - Les apparitions de Beauraing - Faits et analyse

{4.4} Les apparitions de Beauraing

{4.4} Du 29 novembre 1932 au 3 janvier 1933, notre oncle fut un témoin privilégié des apparitions de la Vierge à Beauraing, petite ville voisine de son village.

Cet événement marqua profondément la vie religieuse de la Belgique et même de certains pays voisins. Il s'inscrivait dans un contexte particulier de foi mariale (culte de la vierge Marie) qui s'était développé en France et dans les pays latins.

Avec l'honnêteté qui le caractérise, il rédigea dans un grand registre, ayant pour titre : « Les apparitions de Beauraing - Journal d'un témoin », un manuscrit de 35 pages relatant les faits dont il fut un témoin privilégié ainsi que le témoignage de diverses personnalités de la région dignes de foi.

En première page d'introduction, il avertit bien modestement ceci : « Que valent ces pages ? Je l'ignore. Elles n'ont d'autre prétention que d'être le témoignage sincère et aussi objectif que possible d'un prêtre qui depuis les événements de Beauraing n'a rien négligé pour chercher la vérité ».

Vonêche, le village de notre oncle-curé, n'est qu'à quelques kilomètre de Beauraing, le lieu des apparitions. Deux des voyants furent ses paroissiennes avant qu'elles n'y déménagent, en mai 1932, à la suite du décès de leur père quelques mois avant les faits.

Notre oncle connaissait plus particulièrement la plus grande, Andrée Degeimbre, à qui, dès son affectation à Vônèche, il avait enseigné le catéchisme préparatoire à la communion solennelle et à la confirmation (passage des chrétiens dans le monde des adultes croyants). Il trouvait cette petite paroissienne très sage, attentive et modeste, incapable de mentir. Il était formel, cette adolescente de 15 ans au moment des faits n'avait rien inventé, elle avait vu ce qu'elle racontait.

Sa sœur Gilberte qui avait 9 ans à cette époque, fit sa communion privée, -  première manducation, vers 6/7 ans, de l'hostie consacrée considérée comme étant le corps du Christ - dans la paroisse de notre oncle. Ce fut elle que celui-ci interrogea la première quelques jours après les faits et qui fit sur lui la meilleure impression, à tel point qu'il fut convaincu de sa sincérité et ne put s'empêcher d'en faire part à son supérieur, le Doyen.

Madame Degeimbre, la maman des deux enfants, était une fermière bien équilibrée qui mit beaucoup de temps à ajouter foi aux histoires de ses enfants. Elle fut même très dure avec eux, redoutant le ridicule et les punissant rudement avec interdiction d'aller au lieu des apparitions.

Les trois autres de la famille Voisin, Fernande âgée de 15 ans au moment des « visions », terme souvent employé par notre oncle, Gilberte, 13 ans alors et Albert, un garçon âgé de 11 ans à cette époque, eurent l'avantage d'être très vite crus par leurs parents.

Le papa Voisin, employé aux chemins de fer, allait habituellement rechercher sa fille au pensionnat. De garde ce soir-là, le 29 novembre 1932, vers 18 heures, il envoya ses deux enfants, Fernande et Albert, rechercher leur sœur Gilberte. Chemin faisant,, ils rencontrèrent les deux enfants Degeimbre, anciens voisins qu'ils connaissaient bien.

La joyeuse bande ne manqua pas quelques gredineries telle celle de sonner aux portes avant d'atteindre le pensionnat des sœurs. Ce fut le garçon de 11 ans qui, après avoir actionné la sonnette de la porte d'entrée du pensionnat et se retournant, aperçut dans la nuit une forme lumineuse qui se déplaçait sur le pont du chemin de fer bordant l'établissement.

Les autres, incrédules d'abord, voient aussi ce qu'ils prennent pour la Vierge de Lourdes dont la statue se trouve dans une grotte artificielle située juste en dessous et qui se serait déplacée.

Ils le signalent à la sœur qui est venue leur ouvrir, mais qui n'en croit rien tout en allant chercher la petite Gilberte qui, bien qu'ignorante de ce qui vient de se passer, aperçoit aussi une forme en mouvement sur le pont. Effrayés, les enfants se sauvent.

Dès le jeudi 1er décembre, sur les conseils de Madame Voisin, les enfants récitent des « ave Maria » (courte prière invoquant la Sainte Vierge) pendant toute la durée des « apparitions ». La dame reviendra les trois jours suivants ; cependant, ce ne sera qu'à partir du quatrième, le 2 décembre, qu'elle leur parlera.

La dame se montra 33 fois de fin novembre de 1929 à janvier 1930 en leur révélant qu'elle était la mère de Dieu, la reine des cieux.

A sa dernière apparition, le 3 janvier, elle eut une parole et un secret pour chacun en particulier. Notre oncle et son beau-frère, l'instituteur de Mesnil-Eglise, attendaient leur retour du lieu des apparitions chez la famille Degeimbre.

Ils reçurent des précisions sur ce que la « Dame » leur avait confié, mais aucun ne voulut leur révéler quoi que ce soit de ce qu'il leur avait été dit sous la forme du secret.

Les seuls éléments que mes oncles purent rapporter de cet entretien furent pour Andrée Degeimbre, que la « Dame » lui avait précisé qu'elle était la mère de Dieu, la reine des cieux, ainsi que cette recommandation : « Priez toujours » ; pour Gilberte Degeimbre : « Il y a entre nous deux un secret que vous ne pouvez pas dire, adieu » ; pour Gilberte Voisin : « Je convertirai les pécheurs », tandis qu'Albert Voisin confia qu'en dehors du secret il y avait autre chose qu'il ne pensait pas pouvoir révéler.

Enfin, Fernande Voisin l'aînée, bénéficiera d'une solennité plus grande de sa vision qui sera accompagnée d'un coup de tonnerre et d'une boule de feu de laquelle la dame surgira. Celle-ci lui demandera alors : « Aimez-vous mon fils ? » à sa réponse affirmative, elle continuera : « M'aimez-vous aussi ? », « oui », à la suite de quoi la vision ajoutera : « Sacrifiez-vous pour moi, adieu ».

De la relation écrite de l'oncle, j'ai relevé les choses troublantes suivantes :

- Les enfants (ils sont cinq) ont une vue simultanée de la vision. Tous les témoins sont unanimes à dire qu'ils tombent brutalement, sans blessures apparentes aux genoux, dès que l'événement se produit. Cependant, sur la fin des apparitions, il y aura quelques cas de non-simultanéité de la part de l'un ou l'autre voyant.

- Après quelques apparitions, on a séparé les enfants par des adultes de manière à ce qu'ils ne puissent communiquer entre eux.

- Ils racontent la même chose avec les mêmes détails (à peu de choses près). Ils parlent tous de rayons partant de la tête, de reflets bleus sur une robe blanche, d'un voile qui couvre la tête jusqu'aux épaules et du bas de la vision dans une sorte de petit nuage. Ils semblent satisfaits de la statue qui la reproduit suivant leur description.

- Les enfants (si on peut dire, n'oublions pas qu'il y a une adolescente de 15 ans et une autre de 14 et demi ) ne semblent nullement troublés par ces événements et l'importance que le public et les médias leur ont donnée. Ils restent très simples et ne cherchent pas à s'en glorifier.

- Des médecins ont constaté que les enfants ne réagissaient pas à la brûlure d'une allumette allumée sous leurs mains, ni à de légers coups de canif dans le visage. L'éblouissement d'une lampe de poche allumée dans leurs yeux ne les fait pas ciller.

- La vision ne semble pas intérieure. Lors des premières apparitions, Madame Degeimbre voulant fouiller les buissons a eu ce reproche d'un des enfants : « Maman, tu marches dessus ».

- Les parents furent très durs dans les premiers temps. Principalement, Madame Degeimbre qui agira sévèrement avec son aînée jusqu'à la punir physiquement en la laissant dans le froid pour lui faire renoncer à « ses histoires ».

- Avec le recul d'à peu près trois-quarts de siècle qui nous sépare des faits, nous connaissons le passé des voyants qui n'a cependant pas été marqué par une vie religieuse exceptionnelle. Ils ont tous fondé un foyer, exercé une profession modeste bien qu'honorable et n'ont tiré aucun avantage matériel de l'événement.

Ces événements eurent un retentissement énorme dans le pays, des foules considérables se pressèrent dans la petite bourgade, jusqu'à 25 à 30.000 le dernier jour. Le clergé belge, en la personne de Monseigneur Charue, Évêque de Namur, autorisera le culte le 2 février 1943 et reconnaîtra l'authenticité des faits le 2 juillet 1949. Deux guérisons ont été admises comme miraculeuses par des médecins, aucune explication scientifique n'ayant pu être avancée.

Je suis convaincu de l'honnêteté scrupuleuse de l'oncle de Vonêche, ce qui est écrit dans son grand registre est l'exacte relation de ce qu'il a vu et entendu. Il a pris avis des personnages les plus autorisés qu'il a pu fréquenter, qu'ils soient croyants ou agnostiques, qu'ils appartiennent au monde médical ou de la science.

{20} Analyse de l'événement

{20} Pour être complet et objectif, il me reste à livrer à mes contradicteurs éventuels les réflexions et considérations sur le surnaturel apparent et ses phénomènes inexplicables dans l'état actuel de la science, faisant suite à cette relation du témoignage bouleversant autant qu'interpellant de mon oncle-curé transcrit dans un grand registre d'une écriture ferme et calligraphiée et que j'ai résumée avec le plus d'honnêteté possible.

J'ai lu, étudié attentivement et réfléchi longuement à cet important manuscrit : ça m'a pris de nombreux jours ! Une quarantaine de pages, écrites par un homme sérieux, honnête, consciencieux, qui dans sa relation s'efforce d'être le plus objectif possible.

Le milieu chrétien dans lequel j'ai vécu et dans lequel je baigne toujours est très imprégné du culte de la Vierge renforcé par ses apparitions. En dehors de Beauraing, proche des berceaux de nos familles, nos églises et nos maisons étaient abondamment pourvues de reproductions ou statues des Vierges se manifestant dans la chrétienté belge ou limitrophe, tels outre Beauraing :

Lourdes : dans les Pyrénées, voyante Bernadette Soubirous (née en 1844, décédée en 1879) - 18 apparitions à l'âge de 14 ans du 11/2/1858 au 16/7/1858.

Fatima : d'avril à octobre 1915 au Portugal : trois voyants ; François Marto 7 ans (né en 1908 décédé en 1919 de la grippe dite espagnole - déclaré Bienheureux par le pape Jean-Paul II en 2000) ; Jacinthe Marto, (5 ans (née en 1910, décédée en 1920, également de la grippe espagnole - déclarée Bienheureuse avec son frère par Jean-Paul II en 2000) ; Lucia Dos Santos, 8 ans, leur cousine (née en 1907, décédée au Carmel en 2005). L'Église détient la révélation d'un secret qui a été communiqué récemment précautionneusement entouré de commentaires.

Banneux : Du 15/1/1933 au 2/3/1933, (soit 12 jours après la dernière apparition de Beauraing) 8 apparitions à Banneux près de Verviers en Belgique à Mariette Béco, 12 ans, (née le 25/3/1921) qui vit toujours, retirée non loin de là. Sa vie ne fut pas plus que pour ceux de Beauraing marquée par une existence particulièrement remarquable du point de vue religieux. A ma connaissance, elle a tenu un débit de boisson et de vente de souvenirs pour les pèlerins près du lieu des apparitions avant sa retraite.

{21} J'ai relevé sur le site « spiritualité-chrétienne.com », de l'Église catholique romaine, les informations intéressantes suivantes :

Qu'est-ce qu'une apparition ? La réponse donnée se réfère d'abord à l'Ancien Testament - prophète Joël 3-1 : « Je répandrai mon esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions. »

D'autre part, ce site de l'Église reprend de l'Encyclopédie catholique de M. Centini le passage suivant : « Étant donné que la vue et le toucher sont les deux sens qui rendent compte de la façon la plus directe de la réalité objective, il se produit, dans l'apparition ce que les théologiens appellent « le sentiment de la présence ». En fait, la personne témoin d'une apparition est convaincue d'être en contact immédiat avec l'objet qui est manifesté à elle, et non pas d'en subir une influence quelconque ou de se trouver face à une image, à une reproduction de cet objet »

Plus loin l'Église relate un avis autorisé de Benoit XV, pape de 1914 à 1922 : « Il faut savoir que l'approbation par l'Église à une révélation privée n'est pas autre chose que la permission accordée, après examen attentif, de faire connaître cette révélation pour instruction et le bien des fidèles. A de telles révélations, même approuvées par l'Église, on ne doit pas et on ne peut pas accorder un assentiment de foi ; il faut seulement, selon les lois de la prudence, leur donner l'assentiment de la croyance humaine, pour autant que de telles révélations soient probables et croyables pour la piété [....] ».

Ce qui veut bien dire que l'Église, elle-même, ne reconnaît pas les apparitions comme manifestation réelle de Jésus-Christ, de la Vierge ou des saints.

 Toujours selon les mêmes sources (spiritualité-chrétienne.com), les experts de la 42ème semaine mariale à Saragosse en 1986 ont dénombré au moins 21.000 apparitions mariales depuis l'an 1000, mais l'Église n'en a authentifié officiellement qu'une quinzaine (dont Lourdes, Fatima, Beauraing et Banneux, reconnus par les Évêques des diocèses concernés)

Il est important aussi de signaler que la reconnaissance par l'Église d'une apparition comme digne de culte est de l'autorité de l'évêque du lieu en vertu de sa mission de chef de l'Église locale.

{22} En ce qui concerne les apparitions de Beauraing, j'ai cherché à trouver le maximum de réponses aux éléments qui m'ont interpellé lorsque j'ai pris connaissance des écrits de l'oncle de Vonêche. J'ai analysé particulièrement les premières pages de son livre, celles qui décrivent le début des « apparitions »

Le premier jour, la vision est aperçue au-dessus d'une grotte artificielle reproduisant celle de Lourdes que les sœurs ont fait construire dans le talus qui soutient une voie de communication qui en enjambe une autre pour permettre aux réseaux routiers et ferroviaires de se croiser sans passage à niveau, la voie de chemin de fer surplombant l'autre.

Les enseignantes de l'institut que fréquente une des voyantes, Gilberte Voisin, appartiennent à l'ordre des Sœurs de la Doctrine Chrétienne de Nancy, fondée en 1716, par le chanoine Jean-Baptiste Vatelot pour scolariser les filles des campagnes. Ces religieuses ont une formation spécifique d'institutrice de village en vue d'éduquer les mères de famille du milieu agricole aux fonctions ménagères.

C'est le garçon de 11 ans qui signale aux autres qu'il aperçoit la Vierge de la grotte qui bouge (il y a plusieurs versions, mais je retiens celle de l'oncle dont la source est Madame Degeimbre, ancienne paroissienne et mère de deux voyants) ; la sœur du gamin voit à son tour quelque chose, en sortant du pensionnat, et s'exclame : « Qu'est-ce que c'est çà là-bas ». D'autres versions selon l'oncle rapportent que la petite n'aurait rien dit alors.

Effrayés, les enfants se sauvent sans se retourner sauf, peut-être suivant certaines sources fiables, deux d'entre eux qui voient encore une forme lumineuse qui se déplace sur le pont et qui a l'apparence d'une dame.

Les enfants, c'est-à-dire, outre le garçon Albert Voisin (11 ans), ses sœurs Fernande (15 ans) et Gilberte (13 ans) ainsi que leurs amies Andrée Degeimbre (14 ans) et sa sœur Gilberte (9 ans) sont effrayés.

Il est probable que la forme humaine qu'ils ont cru voir alors, fut la transposition d'une source lumineuse allant et venant le long de la voie ferrée sur le pont du chemin de fer.

Peut-être un véhicule de service ou plutôt un ouvrier avec une « lanterne- tempête » comme on en utilisait alors à la recherche d'une anomalie urgente à contrôler.... ou réparer ...?

De l'endroit où les enfants ont aperçu cette forme lumineuse, il se pourrait qu'au travers des branches, elle ait donné l'impression qu'il s'agissait d'une forme humaine qui dans le contexte de piété du moment (proximité du 8 décembre fête de l'Immaculée Conception et de la Noël) se soit transposée en Vierge de la grotte se déplaçant suivant les mouvements d'allées et venues de quelque chose sur le pont.

D'ailleurs, l'oncle mentionne plus loin dans son livre que la sœur portière lui avait rapporté que les enfants affirmaient avoir vu la Vierge de la grotte marcher sur le pont et qu'elle les avait traités de petits sots.

Plus loin dans son récit (noté à la date de juillet 1933), l'oncle signale qu'ayant interrogé les voyants à cette époque-là pour obtenir certaines précisions, il aurait reçu la réponse suivante : « Le premier jour, nous avons bien vu l'apparition, de forme humaine, mais pas les rayons, ni les reflets. C'est le jeudi, près du houx que nous l'avons vue avec des rayons et reflets bleus sur sa robe ».

Le lendemain à la même heure vers 18 heures trente, les enfants retournent « à la grotte », naïvement persuadés que c'est l'heure de prédilection de la vision ; ils sont effrayés et se cachent les yeux. Quand ils en reviennent, excités, ils racontent qu'une « dame » leur était apparue au même endroit que la veille : elle a les mains jointes et semble se promener dans l'espace au-dessus de la grotte. Les parents les grondent et ne veulent rien entendre de leurs « sottises ».

Il est probable que c'est pendant ces deux jours que le phénomène de transposition du réel au surnaturel s'est installé dans le cerveau et le subconscient des « voyants ». Ils vont se convaincre mutuellement d'avoir vu la Vierge, préparés mentalement par leurs enseignants qui ne vont pas manquer de leur parler de la fête de l'Immaculée Conception toute proche.

Les voyants vivent dans un environnement scolaire de piété, renforcé par l'approche de la Noël et de la fête de l'Immaculée Conception, le 8 décembre. Ce dogme, décrété par Pie IX, le 8 décembre 1854, signifie que Marie, mère de Jésus-Christ, fut conçue exempte du péché originel. (Faute d'orgueil du premier homme dans le paradis terrestre qui, pour un chrétien, est effacée par le baptême).

Ce culte marial frappa les esprits de l'époque, rappelons que la vision de Lourdes se passa quatre ans après la proclamation de ce dogme, en 1858 et que Bernadette Soubirous, qualifia celle qui lui était apparue d'Immaculée Conception, appellation reprise également par Lucia Dos Santos la voyante de Fatima, ceux de Beauraing la simplifieront dans le vocable de « Vierge Immaculée » qui provient peut-être du vocabulaire utilisé par leurs enseignants.

Les visionnaires de Beauraing, se trouvaient vraisemblablement placés dans un contexte favorable au déclenchement du phénomène : les écoles catholiques et plus particulièrement celle que fréquente la petite Gilberte de 13 ans sont très préoccupées d'inculquer le culte marial à leurs élèves, concrétisé d'ailleurs par la représentation de la grotte de Lourdes dans leur propriété.

Le 1er décembre, troisième jour des apparitions, Madame Degeimbre et cinq personnes de son entourage accompagnent les enfants pour mettre les choses au clair. Madame Degeimbre s'est munie d'un bâton « à vache » pour casser la « gueule » au mauvais plaisant. La vision apparaît aux enfants partis en avant, non loin de la grille, alors que le groupe n'avait même pas atteint la grotte et l'aubépine qui la surmonte. La dame aurait frôlé le sol pas loin d'eux, souri, joint les mains et ouvert les bras avant de disparaître.

Ce jour-là, vers vingt heures, suivant le livre de l'oncle, madame Degeimbre décide de retourner « à la grotte » avec quelques amis et seulement trois des « voyants », les deux « Gilberte » ayant été trop impressionnées. Les adultes vont en avant et recommandent aux enfants de ne pas crier et de dire plutôt une prière qui les protégera.

Le groupe approchait de la grille quand soudain les enfants s'écrient « La voilà », ils tombent à genoux et récitent des «ave Maria » (courte prière à la Vierge). Madame Degeimbre se porte en avant pour fouiller les buissons avec sa lampe de poche et son bâton, quand Andrée s'écrie : « Arrête, Maman, tu es dessus ».

Les adultes inspectent encore les lieux sans rien trouver et décident d'aviser le Doyen qui les reçoit avec sagesse et bonhomie, mais sceptique, leur recommande de rester discret et que si c'est la Vierge, rien ne leur arrivera de fâcheux.

Dès le 2 décembre, les sœurs ferment les grilles de leur établissement le soir et lâchent deux chiens. Cependant les cinq enfants voient « l'apparition » au travers de la grille et tombent simultanément à genoux. Ce sera à partir de ce jour que les voyants se précipiteront ensemble sur les genoux et réciteront des « ave maria » pendant l'apparition.

Des témoins crédibles racontent que les enfants tombent simultanément au moment de l'événement, sans se blesser et sans connivence possible surtout quand ils sont séparés et contrôlés par des adultes ayant autorité sur eux. Á peu de choses près, ils semblent bénéficier d'une vision identique.

Ce phénomène de comportement collectif (même réduit à cinq personnes) est à rapprocher de celui que l'on constate chez les êtres vivants grégaires, comme les poissons en bancs, les criquets, les moutons... les étourneaux et autres lemmings...

Quant à la communication entre des êtres vivants quelle que soit la distance qui les sépare, on peut citer le phénomène du pigeon voyageur qui retrouve le colombier de son couple après avoir parcouru de très grandes distances (Il y a des lâchers de Barcelone à Bruxelles).

Les célèbres artistes de music hall, Myr et Myroska, Édouard et Sarah, ont-ils un truc ou n'est-ce tout simplement qu'un phénomène de transmission de pensée ou de vision ? (Ils parviennent à se communiquer des détails aussi difficiles à transmettre que des renseignements précis figurant sur des documents sortis d'un portefeuille...ou inconnus du comparse, mais révélés en pensée par le cerveau du propriétaire interrogé.)

Il y a également les « hallucinations collectives » qui se produisent chez les humains lors de manifestations politiques ou religieuses, lorsqu'ils sont placés dans un contexte d'exaltation des masses en « transes ». (manifestations politiques violentes de tous genres au mépris de la mort et des suites catastrophiques ; manifestations idolâtres pour des vedettes ; exaltations religieuses envers des symboles pieux ; débordements de ferveur dans des lieux sacrés comme La Mecque et Rome - j'en fus moi-même acteur et témoin quand j'assistai à la canonisation du saint suisse, Nicolas de Flue.  La foule des croyants, venus assister à l'événement, entra collectivement en transes rien qu'à l'apparition majestueuse du pape précédé ou entouré de tout le décorum que constituaient les gardes nobles et suisses. 

Tout observateur attentif aux comportements de ces groupes doit constater que le cerveau de chaque individu est « télécommandé» extérieurement par les circonstances ou la proximité d'un danger. Ainsi j'ai pu constater à la vision d'un reportage sur le dressage de chien de troupeau que l'important groupe de moutons réagissait simultanément et unanimement aux menaces des chiens. Il semble donc qu'il y ait une inter-communicabilité extérieure qui se manifeste dans ces groupes les faisant agir comme une individualité, comme le ferait un banc de poissons.

Chez les humains interviendront aussi la parole et la pensée : ainsi pour Beauraing, ce sera la première fois, le troisième jour, que les enfants interrogeront l'apparition et qu'ils recevront des réponses, approximativement ceci : « Etes-vous la Vierge Immaculée », réponse par un signe de tête affirmatif « Que nous voulez-vous ? » réponse : « d'être bien sage »

Les questions ont été posées par le garçon et entendues par tous y compris les réponses fournies par la vision. Il est peut-être intéressant de noter que, dans le premier temps, c'est toujours le garçon qui prend les initiatives. (C'est lui qui est à l'origine de l'événement).

Un témoin suggère d'envoyer son garçon de onze ans qui n'a pas assisté aux apparitions en espérant qu'il verrait lui aussi. Ils y retournent tous et la vision réapparaît, mais pas au petit de onze ans. Il est évident qu'il n'avait pas la préparation psychologique des autres.

A ce stade-ci de nos constatations, on doit reconnaître qu'il se produit les phénomènes suivants qui posent question :

- Les enfants ont simultanément une vision identique de l'apparition et entendent dans presque tous les cas les mêmes paroles. Il y a donc interconnexion extérieure des cerveaux, un « cerveau-maître », au début celui du garçon conduisant les autres.

- L'apparition se déplace, agit en ouvrant les bras, lève les yeux et entretient avec les enfants une conversation logique dans le contexte du moment et de l'état d'esprit religieux des « voyants ».

- Le « cerveau-maître » inconsciemment transmet sa vision et son dialogue aux autres qui vraisemblablement construisent avec lui, intervenant pour apporter des particularités propres à leur personnalité.

Le samedi 3 décembre, les parents parvinrent à empêcher les voyants de se rendre « à la grotte », la petite Gilberte étant reconduite à son domicile par une religieuse (il y avait école le samedi à cette époque).

Le dimanche 4 décembre, vers 19 heures, les enfants reviennent à la grotte, emmenant avec eux un petit ami paralytique de 9 ans et un aveugle de 30 ans, oncle de Gilberte et Andrée. Albert, toujours lui, demande à la vision de les guérir. La dame sourit et ne répond pas ; Albert continue : « Quel jour faudra-t-il venir ? » réponse : « Le jour de L'Immaculée Conception ». Fernande alors demandera : « Faut-il vous construire une chapelle » à la suite de sa réponse affirmative, la vision disparaît.

L'oncle aveugle de Gilberte Voisin prétendra avoir « vu » quelque chose, la description qu'il donne rappelle Notre Dame de Lourdes.

Le 5 décembre, poussé par sa mère, Albert demande à la vision qu'elle fasse tous les miracles qu'elle peut en plein jour, pour prouver qui elle est : pas de réponse puis elle disparaît pour revenir plus tard... Je suppose que leur subconscient réaliste recule devant l'énormité de tel événement....

Voici la description de la vision rapportée entre guillemets par l'oncle, sans doute rédigée par un adulte sur instructions des enfants ; cette image s'est installée progressivement dans leur petit cerveau à partir du 5 décembre, jour où la vision s'est imposée dans leur subconscient pour se préciser sans doute davantage par la suite :

« La dame est blanche et brille comme le soleil, mais d'une lumière qui ne fait pas mal. Des rayons d'or, en nombre infini, entourent la tête d'une teinte indescriptible. Les yeux sont bleus et lumineux, les lèvres rouges, le teint rosé. Un voile blanc couvre le front, encadre le visage, cache le sommet des épaules et retombe derrière les coudes. La robe est droite avec de nombreux plis de haut en bas, et des reflets obliques bleus partent de l'épaule gauche. Les pieds et le bas de la robe sont enveloppés d'un nuage qui festonne le bas du vêtement et sur lequel la vision semble se tenir. Les mains sont jointes et reposent sur la poitrine. La dame est plutôt petite de la taille des enfants ; elle regarde tantôt le ciel, tantôt les enfants à qui parfois elle sourit. »

Il est surtout intéressant de rapprocher cette description de celle rapportée par l'oncle et qu'il a entendue avec l'abbé Pestiaux, curé du village voisin, qui l'avait accompagné. En voici la relation in extenso :

« Mardi 6 décembre, je me suis rendu en voiture avec L'abbé Pestiaux, curé de Froidfontaine, nous avons rendu visite à Madame Degeimbre et j'ai eu l'avantage de voir et interroger Gilberte, sa fille cadette (9 ans), Andrée sa sœur aînée était chez son oncle pour faire diversion. Gilberte vient de rentrer de classe : elle est en petites bottes et bonnet de laine. Avec aisance et sans hésitation, Gilberte nous raconte les premières apparitions.

« Qu'as-tu vu dans la cour des religieuses ? » « La vierge Immaculée »
« Comment est-elle ? » (Je résume la réponse de l ‘enfant) « Elle est belle - jeune - plutôt petite ( 1m25 à 1m50). Elle est vêtue d'une robe blanche avec des reflets bleus qui obliquent de gauche à droite. La tête est entourée de rayons dorés. Les pieds et le bas de robe sont cachés par une sorte de nuage qui forme des festons. Elle a un voile sur la tête ; il descend derrière les épaules. Les mains sont jointes et s'ouvrent quand la Vierge disparaît »
« Gilberte unit le geste à la parole - « Est-il vrai que l'apparition a promis un miracle le jour de sa fête » « Oh ! la sainte Vierge n'a pas dit ça, nous avons demandé de guérir notre petit camarade Degourdenne et mon oncle (l'aveugle) » ; elle n'a pas répondu et elle a dit « Venez le jour de l'Immaculée Conception ».

« Nous avons aussi demandé « Faites tous les miracles que vous pourrez en plein jour (pour qu'on les voie bien) ajouta l'enfant » - elle n'a pas répondu. Puis nous avons dit quand alors, réponse : « Le soir ».

« La fillette nous raconte ensuite que les deux premiers jours, ils l'avaient vue au-dessus de la grotte ; le troisième jour du côté du nouveau bâtiment « On aurait dit qu'elle se promenait en nous attendant. »

Par la suite, mais bien plus tard, certains voyants ajouteront à la description deux éléments importants : un cœur d'or au milieu de la poitrine et un chapelet pendu au bras qui n'a semble-t-il pas de crucifix, à moins qu'il ne soit caché par les plis de la robe.

Si je me suis permis cette relation détaillée des premiers jours, c'est que je tenais à bien transcrire les éléments essentiels que j'ai tirés du récit de l'oncle, que je considère comme absolument véridiques et non tendancieux en raison d'une honnêteté intellectuelle que son entourage ne lui contestera jamais.

Comme dans les apparitions de Lourdes et Fatima, vénérées par les Belges chrétiens, la mystérieuse dame confie aux voyants un ou plusieurs secrets.

En ce qui concerne les révélations confidentielles faites à Beauraing, les avis divergent notamment dans leur évocation par le site de la ville elle-même et du clergé qui parle de trois voyants qui en auraient bénéficié, alors que l'oncle dans son manuscrit est convaincu qu'ils en sont tous détenteurs.

Lui qui a entendu les voyants après les révélations du dernier jour, relate dans son « cahier-registre » que son beau-frère (un autre oncle), Georges Hubert, instituteur de Mesnil-Église (village voisin), a posé quelques questions devant lui aux enfants au sujet de ces fameux secrets.

Voici la transcription fidèle du récit de cet interrogatoire rapporté par l'oncle curé :

L'instituteur pose alors quelques questions. A Albert : « Ton secret est-il triste ou gai » « Pas triste pour moi mais pour mes parents... ». A Gilberte Voisin, même question, réponse : « Ni triste, ni gai ». A Gilberte Degeimbre, même question, Gilberte reste muette, Monsieur Hubert dit alors à Gilberte Degeimbre : « Si ton secret était le même pour Albert et Gilberte Voisin, serais-tu contente ? » Gilberte sursaute et dit « Oh, oui très contente ». Le curé de Vonêche alors, gêné de cet interrogatoire inquisiteur, l'arrêta.

S'entretenant entre eux, les enfants se mirent chacun à compter les mots qui composaient leur secret et en révélèrent le nombre aux quelques personnes présentes, mais aucune ne se souviendra des chiffres et l'oncle qui les avait notés ne les retrouvera plus.

Á la lecture de ce qui précède, on constate que tous les enfants ont retenu quelque chose de particulier qui ne devait pas être bien long puisqu'ils en comptaient les mots de mémoire, mais qui les troublait cependant. Il se peut qu'avec l'âge, ils ont réalisé le caractère enfantin et naïf de leur contenu. On ne sait si Jean-Paul II qui a entendu en privé trois des voyants a eu révélation de ces fameux secrets.

L'oncle relate aussi que, ce soir-là, Madame Degeimbre aurait dit subitement à sa fille Gilberte : « Quand tu seras couchée, tu me diras ton secret ? » (Elle dormait avec sa mère). La petite se serait redressée et aurait répliqué : « Pas même au Pape »....

Questions qu'on peut se poser ? Pourquoi le privilège d'un secret confié à des enfants qui ne peut être révélé « même pas au Pape »... ?

Quant aux paroles essentielles de la Vierge de Beauraing, elles sont inspirées de celles que les enfants ont entendues dans leurs écoles pendant cette période intense de culte marial précédent le 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception.

D'ailleurs, ce jour-là, suivant les témoins, les enfants tombent « en extase » un quart d'heure, la vision leur paraissant plus belle que jamais. Il y avait une foule immense, la nouvelle s'étend répandue qu'un miracle serait peut-être accompli.

A cette époque, le culte marial était très fervent et les religieuses n'ont certainement pas manqué de préparer leurs élèves à cette fête importante pour elles en insistant sur certaines phrases propres à cette dévotion.

Ces phrases vont se retrouver parmi celles que les enfants ont cru entendre :
Le 2 décembre : « être bien sage » ; le 17, elle demande une chapelle, comme dans les apparitions de Lourdes et Fatima ; le 21, à la question : « Dites-nous qui vous êtes », elle répond : « Je suis la Vierge Immaculée » sans doute «l' Immaculée Conception » de Lourdes tronqué ; Les phrases des 30 décembre et trois janvier sont typiques de l'enseignement religieux et marial : « Priez beaucoup, priez toujours » ; « Je convertirai les pécheurs » ; « Je suis la Mère de Dieu, la Reine des cieux » ; « Aimez-vous mon fils, m'aimez-vous » ; « Sacrifiez-vous pour moi ».

Je reste convaincu que les enfants sont sincères : ils ont vu et entendu ensemble ce qu'ils rapportent, ils n'inventent rien : ils répètent ce que leur subconscient leur dicte. Dans un contexte d'époque, de lieux et de circonstances (des « ave Maria » dans des nuits glacées de décembre repris par une foule de plus en plus dense et fervente), ils se sont trouvés en état de transe avec simultanéité de mouvement, de pensée, de vision dans un bain progressif de foi collective apportée par des croyants fervents de plus en plus nombreux.

{23} Avant de clore cet important passage de mon travail, il me reste à mentionner l'essentiel de ce que j'ai retiré de la lecture d'un intéressant ouvrage de plus de 700 pages (Presse de la Renaissance, Paris 2000) intitulé « Faussaires de Dieu » de la plume de Joachim Bouflet, historien, qui se consacre à la recherche et à l'étude des mentalités religieuses. Consultant auprès de postulateurs de Congrégation pour les causes des saints, il est l'auteur d'ouvrages sur les diverses figures spirituelles et sur les phénomènes mystiques. Ce livre est accepté par l'Église catholique puisqu'il a reçu, le 1er mai 2000, le « Nihil obstat » de M. Dupuy, p.s.s. et l'imprimatur de Mgr M. Vidal, vicaire épiscopal.

En ce qui concerne la reconnaissance des faits par l'Église, il est intéressant de signaler ce qui suit :

- Le 9 janvier 1935, suite à une véritable épidémie d'apparitions, principalement en Belgique, le Saint -Office réagira en confiant au cardinal Van Roey, primat de Belgique, la tâche d'instruire les faits, surtout ceux de Beauraing et Banneux. Les évêques de ces lieux furent dessaisis des enquêtes et tous les livres, journaux, périodiques et pèlerinages seront prohibés (mis à l'Index).

- Ce ne sera que le 2 janvier 1942, que le Saint-Office autorisera l'évêque de Banneux à « porter un jugement sur les faits relevant de son magistère » et assez curieusement, Mgr Charue, évêque de Namur, ne recevra lui pareille autorisation pour Beauraing que le 7 décembre 1942.

- Aussi l'évêque de Liège, après avoir toléré le culte le 12 février 1942, l'autorisera pleinement et entièrement le 31 mars 1942, mais ne reconnaîtra les apparitions que le 22 août 1949. Je pense que Mgr Charue a dû le faire également pour Beauraing.

- Finalement, le grand principe, dont ne se départira pas la « Congrégation pour la Doctrine de la Foi (jadis le Saint-Office) est de laisser à l'ordinaire du lieu « in fine » le droit de prononcer un jugement qui n'engage en rien l'autorité du Saint-Siège.

Voir ci-après une énumération non exhaustive de faits et de lieux où se sont produits, à cette époque, en Belgique des phénomènes de prétendues apparitions de la Vierge Marie, toujours tirés du livre de J.Boufflet.

A partir d'août 1933, la Belgique connaît une « épidémie » d'apparitions, consécutive aux « faits mystérieux » de Beauraing et Banneux...Il ne s'écoule pas un mois sans que l'on signale çà et là une nouvelle manifestation de la Vierge :

- La localité de Rochefort, à 20 km de Beauraing, fut un des lieux qui défrayaient alors la chronique : le 23 août 1933, un garçonnet, Paul Bucher croit voir la Vierge dans une forme blanche apparue au crépuscule sur un mur. Pendant plusieurs jours, les voisins et de nombreux témoins sont en contemplation et s'agenouillent en prière jusqu'à ce que l'on constate que l'apparition disparaissait avec l'extinction d'un réverbère situé à quelque distance. Ce fait révèle l'état d'esprit dans lequel se trouvait la région à cette époque.

- Le 4 octobre 1933, c'est à Melen, non loin de Banneux, que la Vierge se serait manifestée selon ses dires à Mathieu Lovens, un ouvrier de charbonnage de 60 ans. La Vierge serait vêtue et voilée de blanc, un large ruban blanc lui ceignant la taille ; elle se présente comme l'Immaculée Conception, invite à prier et promet la guérison des malades. A partir du 20 octobre Mathieu Lovens la fit « déménager » dans le champ de son voisin, la foule lui démolissant son jardin et ses rosiers. Lovens fait dire à son apparition qu'elle fera jaillir de l'eau d'un trou qu'il devra creuser dans le champ à l'endroit que la vision lui indiquera, ce qui amènera une foule nombreuse. Au jour dit, point de prodige et disparition du voyant qu'on ne revit plus jamais.

- Le 15 octobre 1933, un garçonnet, Charles..., à Chaîneux dans le pays de Herve (Les deux localités de Melen et Chaîneux ne sont éloignées de Banneux que de quelques kilomètres)), voit la Vierge descendre du ciel et devenir de plus en plus grande, dès qu'elle « s'installe » au-dessus d'une haie. Elle demande la construction d'une chapelle près d'une source qui s'écoule près de la haie et de prier pour la conversion des pêcheurs, le tout en ressemblance flagrante avec les événements de Banneux.

- En décembre 1933, la Vierge se manifeste à Onkerzele dans le pays flamand à une pauvresse, Léonie Van Dyck, « Nieke » à laquelle elle sera supposée transmettre de graves messages. Il se produisit même un étrange phénomène de « soleil qui tourne » ou « qui danse » aux dires de certains témoins.

Ces quelques exemples permettent de douter grandement des témoignages recueillis que ce soit des « voyants » eux-mêmes autant que des témoins ou participants. Tous sont sincères et « imaginent » ce qu'ils croient voir à tel point d'ailleurs que certains seront insensibles à la douleur où même seront stigmatisés.

Quand je me « dédoublais », ma participation à des rêves dirigés était physique et je ne connaissais ni le froid, ni la douleur ou la fatigue de positions inconfortables. La pensée imaginée poussée à son paroxysme peut dominer le mental jusqu'à créer chez les humains des phénomènes corporels inhabituels et inexplicables.

Dans cet ordre d'idées et tiré de l'étude de J.Boufflet déjà cité, il est intéressant d'analyser le comportement de Tilmant Côme, un Namurois infirme de l'entité de Mettet, 58 ans au moment des faits, qui se rendra à Beauraing le 11 juin 1933, quelques mois après les apparitions, conduit par un voisin. (Notre oncle en fera mention dans son travail à la date du 12 juin 1933 : « J'ai appris par Madame Degeimbre la guérison et les visions de Côme Tilmant. Pendant les visions de C.Tilmant, je vois à peine les voyants tant il y a du monde »).

Pendant qu'il prie à la grotte, ce nouveau « voyant » prétend avoir vu la Vierge qui lui aurait dit « à demain ». Il n'en fallut pas davantage pour ranimer l'enthousiasme des fidèles, surtout suite au message de la Vierge qui dit être venue pour la gloire de la Belgique et pour la protéger des envahisseurs.

Le 15 juin 1933, le Vierge demande une chapelle et quand le visionnaire lui demande son identité, il voit se dérouler sur sa ceinture bleue « Notre-Dame de Bôring » (Beauraing prononcé en patois du coin). Son image ressemble plus à celle de Lourdes qu'à celle de Beauraing. Cependant certaines phrases qu'elle prononce sont reprises de celles de Beauraing.

Le 18 juin, l'apparition dira : « Montrez-vous dans le monde. Vos vœux seront exaucés » et le 25 juin : «Je serai avec vous partout. Organisez un grand pèlerinage le 5.8.33 (sic - dénotant la déformation professionnelle, technique de l'ancien contremaître pour écrire une date) jour de ma fête. Je serai ici. »

Le 5 août 1933, Tilmant reçoit la révélation d'un « secret » qu'il rendrait public le jour de l'assomption, soit le 15 août. Bavard, il ne pourra tenir son secret et révélera que la Vierge lui a montré le futur sanctuaire. Les pèlerins sont déçus car ils espéraient de l'inédit merveilleux. L'exaltation est à son comble et certains feront état de visions dans l'aubépine des apparitions d'une forme humaine, blanche et d'un visage...qui ne pouvait être que celui de la Vierge et, autre scénario, d'une statue colossale de la Vierge assise dans le ciel avec l'Enfant-Jésus sur le bras. C'est la folie dans l'invraisemblance collective.

Avec les rayons du soleil levant dans la ramure embrumée de l'arbuste cette phase de « la Vierge à l'Enfant » n'est autre que la perception visuelle faussée d'un toit voisin qui, par sa forme, a déjà abusé de la même façon certains fidèles le 3 janvier 1933. Mais beaucoup, dont un estimable prêtre, n'en démordront point : c'est bel et bien la Vierge Marie. A la faveur d'une illusion, ils ont élaboré ce qu'ils veulent voir.

Quant à Tilmant Côme, il prétendra le 15 août 1933, que la Vierge s'est montrée une dernière fois en lui confirmant sa mission de thaumaturge : « Je suis venue pour la dernière fois pour vous rappeler vos devoirs. Restez pour m'aider et consoler vos malades. Heureux ceux qui vous ont aidé. Priez pour les autres ».

Il est incontestable que dans ce cas il n'y eut jamais de miracle, même pas dans sa soi-disant guérison. S'il y a eu amélioration de sa « Spondylite osseuse », les médecins sont formels, il n'y a pas eu de modification de l'aspect des lésions vertébrales. Illuminé psychotique, Tilmant Côme s'est senti nanti d'une mission de relais des faits de Beauraing et d'un rôle de « messager adulte de la Vierge».

L'historien J.Bouflet signale également dans son livre le cas très curieux d'une talentueuse fille-mère, de père tchèque et de mère belge, née en 1895, espionne en 1914, et femme de foire (contorsionniste, dompteuse de lion, dessinatrice de portraits éclairs, diseuse de bonne aventure). Le 17 mai 1933, elle déclara avoir vu la Vierge sous les traits de Notre-Dame de Hal.

J. Bouflet cite l'auteur Herbert Thurston qui a évoqué le cas, en expliquant qu'à deux doigts de la mort, elle fut guérie grâce à l'intervention de la Vierge de Hal. Elle aurait également été stigmatisée aux mains, aux pieds et porterait des traces de la couronne d'épines sans supercherie semble-t-il.

Elle fut soupçonnée de procédés frauduleux pour soutirer de l'argent, mais après enquête judiciaire, fut lavée de tout soupçon et les experts médicaux après avoir étudié son état mental, concluront qu'elle souffrait d'un « dédoublement de la personnalité » ou d'une dissociation de l'être conscient. Ils conseilleront son isolement en clinique en raison de l'influence malsaine qu'elle pouvait avoir sur des esprits faibles.

Enfin, dans sa minutieuse « dissection » des « visionnaires de Dieu » J.Bouflet, analyse le cas « Beauraing » en signalant certaines divergences qui apparaissent dans le groupe des voyants, tout en reconnaissant le sérieux, la sincérité et le bon équilibre mental des voyants. Ainsi, il signale leurs divergences : le 29 décembre 1932, un voyant aperçoit un cœur d'or rayonnant sur la poitrine de la Vierge, tandis qu'un autre ne peut le préciser. Le lendemain, ils seront quatre à le contempler, mais curieusement, ce ne sera pas le cas du garçon qui n'a rien vu de tel (ce qui fait supposer qu'il n'y a pas eu concertation entre eux...) Cependant le 31 décembre, il le verra à son tour, mais le lendemain il sera le seul à ne pas avoir d'apparition. L'auteur signalera aussi que certains voyants, surtout les plus jeunes n'entendent pas toujours ce que la Vierge dit aux autres. (Notre oncle n'en parle pas ou du moins ne l'a pas remarqué et n'en fera jamais mention.)

Il est cependant fondamental de conclure une fois de plus que les « voyants » sont absolument sincères : ils voient et entendent ce qu'ils prétendent collectivement percevoir, mais avec des « interférences » de transmission de la part du « cerveau-maître » (à mon avis, tantôt l'un ou l'autre aîné ou le garçon).

{24} Il est normal que le clergé local, doutant de la réalité des faits, prudent dans un premier temps, ne s'engage pas dans cette manifestation populaire de ferveur religieuse pour éviter le scandale de la révélation d'une éventuelle supercherie. Cependant, il est de bonne politique médiatique que ces autorités religieuses en profitent largement quand après de nombreuses années, il s'avère que certains faits ne sont pas explicables dans l'état actuel des connaissances scientifiques.