29.10a - Les plaisirs de l'existence : l'hydromel.

 

Nous avons, précédemment, évoqué les différentes facultés dont les êtres vivants se sont dotés progressivement pour réaliser les performances que nous, les humains, situés en bout de chaîne, réalisons jusqu’à en arriver à dominer et transformer la matière, au risque de n’être plus capable de maîtriser un emballement qui pourrait la détruire ...

Nous nous sommes aussi intéressés à notre environnement immédiat, que nous avons soumis à nos exigences de confort et à la réalisation de nos projets d’exploration de l’espace ainsi qu’à l’augmentation de nos connaissances …

Comme chez tous les êtres vivants, la sélection développa les organes assurant les fonctions vitales pour se maintenir un certain temps ainsi que celles de la reproduction pour se perpétuer ... La sélection favorisa les performances d'adaptation aux exigences du milieu, avec la particularité qu'en bout de chaîne cette nécessité physique fut supplantée par le cérébral chez l'humain ... avec le développement de la pensée et ses caractérisques agéables que nous définirons sous le vocable générique du plaisir, qu'il soit affectif, physique ou cérébral ...

Nous réserverons la sexualité pour la fin de notre étude dans l’intention d’en faire l’essentiel de nos conclusions … parce qu’elle est le rouage fondamental de la vie, la raison de ce que nous sommes devenus et pour laquelle nous, les humains intellectuels civilisés, avons créé le beau concept de l’amour dans toute ses grandioses dimensions … : sensuelles, imaginaires, poétiques, et … spirituelles …

Les premiers humanoïdes, dans les brumes de leur intelligence naissante, ont découvert le plaisir par l’exercice de leurs fonctions vitales : manger, boire, dormir, se reproduire … Vraisemblablement par accident, en absorbant une boisson oubliée qui s’était mise à fermenter, ils ont découvert l’ivresse qu’ ils ont cherché à retrouver en reproduisant ce breuvage fermenté qui les plongeait dans une agréable euphorie … La potion, plus drogue que saine boisson les mettaient souvent en danger de mort … Aussi, leurs sorciers ne manquaient-ils pas de s’en servir pour augmenter leur pouvoir, tout en se protégeant avec des plantes vomitives prises après leur démonstration …

La plus vieille boisson alcoolisée, avant que l’homme n’ait découvert la bière et le vin, fut, sans conteste, l’hydromel produit à partir de miel, ce nectar sucré des fleurs, récolté par les abeilles. … Allongé d’eau et abandonné à l’air, les sucres du miel se transforment en alcool … Nos premiers ancêtres en ont fait une boisson incantatoire venue des dieux qui les mettaient en état de transes …

On retrouve mention de cette boisson « divine » dans les mythologies anciennes … La Babylone antique du troisième millénaire avant notre ère la fabriquait déjà … C’était la boisson des habitants de l’Olympe en Grèce … que les Grecs appelaient la « boisson des dieux », favorable à leurs ébats amoureux … Breuvage sacré aussi dans la mythologie germanique … Les Celtes et les Francs buvaient de l’hydromel … les druides en faisaient leur boisson de cérémonie incantatoire … Les Vikings en parlent dans leur « sagas » et en boivent dans des crânes de leurs ennemis …

Un papyrus de l’Égypte antique, remontant au 17ème siècle avant Jésus-Christ, déchiffré par l’Anglais Edwin Smith, préconisait l’emploi de miel et de pain moisi contre les infections (était-ce déjà une utilisation de la moisissure provenant d’un champignon Penicillium notatum dont on sort la pénicilline ?)  La traduction de ce papyrus nous révèle les connaissances en médecine et pharmacopée de l’Égypte antique qui suppose un savoir étonnant pour l’époque : … en anatomie, traitement des traumatismes et de nombreuses affections médicales … mention également d'actes chirurgicaux comme la suture des plaies thoraciques, … connaissances importantes dans des domaines divers comme l'étude des méninges, des os du crâne, de la surface externe du cortex cérébral, du liquide céphalo-rachidien et de la pulsation intracrânienne … sont traités aussi : le cœur (liaison avec les vaisseaux sanguins), le système digestif (rate, foie, …) et le système diurétique (reins, uretères, vessie) …

En Bretagne, on boit encore le « Chouchen » ou « mez » fabriqué à partir de miel de sarrasin, à la couleur très foncée et au goût prononcé … la fermentation est déclenchée avec du jus de pomme ou de la levure de bière … Cette boisson titre environ 14° … et est comparable à l’hydromel … On boit le Chouchen bien frais mais sans glaçons en apéritif avec le melon et avec le foie gras, … et en hiver comme un vin cuit … On le trouve en Bretagne dans toutes les grandes surfaces …

En dehors de l’hydromel, d’appellation contrôlée, qui ne peut être fabriqué qu’à partir de miel et d’eau, il existe une variété importante de boissons à base de miel : Braggot (bière de miel brassée avec du miel et du houblon ou du malt ; Black mead (bière noire, miel et cassis) ; Morat (miel et mures) ; Mulsum (miel et vin fort alcoolisé) ; Omphacomel (miel et verjus, jus de raisin n’ayant pas muri) ; Oxymel (miel et vinaigre de vin) ; Neu Met (hydromel pétillant et acidulé)

Quant à l’origine : le Mjöd est scandinave (parfumé à la reine des près) ; les polonais l’appellent Czworniak, Trójniak, Dwójniak ou Póltorak, suivant le dosage de miel et d’eau ; le Chufere est breton et brassé à partir de miel et de cidre ; le Sima est finlandais, agrémenté de citron ; le T’edj est éthiopien ; le Gverc est croate et corsé d’épices ; Le Medica est slovène ; Le Medovina est tchèque, serbe, croate, bulgare et slovaque ; le Medovukka est une variante slave.

L’expression « Lune de miel », traduite de l’anglais « honneymoon » aurait pour origine une ancienne tradition germanique, dont l’origine serait babylonienne, qui imposerait aux jeunes mariés l’obligation de ne boire que de l’hydromel dans les 30 jours suivant la cérémonie de mariage …

Le miel est une substance produite par l’abeille qui la stocke dans sa ruche en provision pour l’hiver ou en période de sècheresse … mais surtout pour alimenter ses larves … Cette matière ou nectar est récoltée par les abeilles butineuses qui la prélève sur les plantes à fleurs (angiospermes) et la conserve provisoirement dans leur jabot, pendant leur retour à la ruche, ces ouvrières fabriquent une enzyme qui produit une réaction chimique transformant le nectar en glucose et fructose … … Dans la ruche, une ouvrière qui a une fonction de « receveuse » régurgitera et ré-ingurgitera cette matière riche en eau, en la mêlant à de la salive et à des sucs digestifs, ce qui a pour effet de transformer les sucres qui sont alors stockés dans les alvéoles hexagonales de la ruche que des ouvrières ventileuses déshydrateront pour en obtenir une matière onctueuse et épaisse dont la teneur en eau tombe à moins de 18 % …

Quant au miellat, c’est un liquide épais et visqueux, constitué par les excréments liquides, riches en sucre et acides aminés des pucerons ou des cochenilles, … les abeilles et les fourmis le récoltent en flattant les pucerons avec leurs antennes ce qui a pour effet de leur faire produire des excréments riches en sucre, que les abeilles recueillent et transfèrent dans leur jabot … Ne soyons nullement dégoutés à la pensée que ce miel est produit avec des excréments de pucerons, transformés par les abeilles après plusieurs déglutitions, les imprégnant de salive et de sucs digestifs …. Les anglo-saxons en sont très friands et l’appellent « honeydew » ou rosée de miel … (plus poétique qu’excrément de pucerons)

Un scientifique, Bern Heinrich, a calculé que pour produire 500 grammes de miel, les abeilles effectuent plus de 17.000 voyages, visitent 8.700.000 fleurs, représentant 7.000 heures de travail …

L’apiculture est l’art d’élever les abeilles pour en récolter le miel … Très tôt, les hommes ont capturé des essaims pour les loger dans des ruches de paille … Le miel était consommé avec la cire ou était récolté par pressage des alvéoles pour en retirer une matière grossière… Ce n’est qu’aux environs de 1800 que François Huber mit au point une ruche avec cadres mobiles et, en 1858, que Mehring créa les cellules hexagonales de feuilles gaufrées qui sont mises à la disposition des abeilles dans les ruches artificielles … En 1865, Hruschka inventa l’extracteur centrifuge, permettant l’extraction parfaite d’un miel pur et la récupération des cadres …

Jaques Brel a célébré l’hydromel dans sa chanson « Jacky » :

Même si je me soûle à l’hydromel

Pour mieux parler de virilité

A des mémères décorées

Comme des arbres de Noël.

-----

 

Pour terminer cette étude sur les premières boissons d'ivresse qui ont mis de la joie dans le cœur des hommes, je vais appeler à la « barre » ses plus fervents défenseurs qui ne manqueront pas de célébrer ses vertus euphoriques ... et louanger ce nectar des fleurs que récoltent les abeilles ...

L’effet de l’ivresse est d’abord d’abolir les scrupules du sentiment. (Alain)

Allons ! Vive l’amour que l’ivresse accompagne ! (Alfred de Musset)

L’ivresse est la seule forme sous laquelle les hommes sans culture peuvent concevoir l’idéal. (Ernest Renan)

Il y a l’amertume du bonheur comme il y a l’ivresse de la souffrance. (Alfred Capus)

L’ivresse, c’est le dérèglement de tous les sens. (Arthur Rimbaud)

La question est de savoir si nous devons garder plus de rancune aux femmes des peines qu’elles nous auront faites ou plus de reconnaissance des ivresses qu’elles nous aurons prodiguées. (Georges Courteline)

L’horreur de l’homme pour la réalité lui a fait trouver ces trois échappatoires : l’ivresse, l’amour, le travail. (Edmond et Jules de Goncourt)

La jeunesse est une ivresse sans vin et la vieillesse un vin sans ivresse. (Proverbe persan)

Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. Du vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous ! (Charles Baudelaire)

Si la vérité ne vous enivre pas, n’en parlez point. (Julien Green)

Nous sommes les abeilles de l’Univers. Nous butinons éperdument le miel du visible pour l’accumuler dans la grande ruche de l’invisible. (Rainer Maria Rilke)

La lune de miel est finie quand le mari cesse d’aider sa femme à faire la vaisselle et qu’il la fait tout seul. (Robert Rocca)

La vertu accouplée à la beauté, c’est le miel servant de sauce au sucre. (William Shakespeare)

La vie est une fleur. L’amour en est le miel. (Victor Hugo)

Quand tu lances la flèche de la vérité trempe la pointe dans du miel (Proverbe arabe)

Les mots sont comme les abeilles : ils ont le miel et l’aiguillon. (Proverbe suisse)

Bouche de miel, cœur de fiel. (Proverbe touareg)

Pourquoi le poison quand on peut tuer avec du miel. (Proverbe serbo-croate)

-----