&93c Médecine/Maladies cardiaques, pontages coronariens et cholestérol.

5. Maladies cardiovasculaires, pontages coronariens et cholestérol.

Les  maladies cardiovasculaires sont de six types différents :

1. La cardiopathie ischémique (maladie cardiovasculaire) - affections du muscle cardiaque – c’est de cette affection dont il sera question dans la suite du présent travail …

2. Maladies et accidents vasculaires cérébraux -  AVC – thrombose  etc … (Note future)

3. Les maladies vasculaires périphériques – circulation sanguine déficiente dans les jambes 

4.  Les insuffisances cardiaques – pompage déficient provocant  un essoufflement et une enflure des jambes 

5. Le rhumatisme cardiaque -  infection  bactérienne de l’enfance, atteint les valvules du cœur et les articulations (cette affection a provoqué la mort de mon frère à 35 ans) 

6.  La cardiopathie congénitale -  anomalie constatée à la naissance. …

Les facteurs de risque de problèmes cardiaques sont l’hypertension, le tabagisme, un taux excessif de graisse (cholestérol), le diabète, la sédentarité et des infections …

Ces états provoquent successivement : 1.l’athérosesclérose, 2. les maladies coronariennes, 3. l’angine de poitrine avec douleurs thoraciques (irrigation insuffisante), 4.  l’infarctus du myocarde avec nécrose partielle du muscle, 5.  les troubles du rythme cardiaque avec parfois mort subite, 6. la nécrose d’une région du muscle cardiaque par déficience valvulaire et infection et affection cardiaque, 7. la dilatation du cœur avec essoufflement,  ce stade étant appelé insuffisance cardiaque. …

Si la circulation du sang dans le circuit cardiaque se fait difficilement, à cause d’artères obstruées, les chirurgiens du cœur réalisent la prouesse d’opérer cet organe palpitant pour « by passer » l’endroit  malade avec des veines prélevées dans la jambe du patient, … maintenant cette opération dangereuse ne se pratique que dans les cas les plus graves …

Cette  intervention, appelée pontage coronarien,  se pratique de trois manières …

1. Sur un cœur  palpitant, la partie soignée étant immobilisée avec le produit adéquat, …

2.ou en réalisant la prouesse de ne pas l’immobiliser et de travailler sur un organe totalement palpitant…

3. En l’arrêtant complètement et en le « by-passant » vers un engin sophistiqué qui remplit la fonction absente.

Le cœur dispose  de trois artères (coronaires) apportant l’oxygène à trois endroits différents du muscle cardiaque (antérieur, inférieur, latéral). … le danger de décès existe lorsque la tension tombe aux alentours de 40 (C’est ce qui m'est arrivé en juin 2014.)

Les artères du cœur  se bouchent à cause des plaques d’athéromes (amas de graisses et de cholestérol en provenance de la nourriture). …Il y a mort des cellules entourant l’endroit infarci. …

Trois étapes successives se produisent pour provoquer un infarctus :

1. La paroi de l’artère subit des micro blessures … provenant de divers facteurs (taux élevé de lipide dans le sang) – diabète – tabagisme – hypertension artérielle 

2. Le corps soignant bien les microblessures ou la paroi de l’artère épaissie  forme une « plaque » de dépôt de cholestérol et de cellules immunitaires, neutralisant les infections comme c’est le cas pour cicatriser une blessure –

3. Il peut même arriver que les plaques n’évoluent que très lentement et réduisent l’ouverture jusqu’à 50 à 70 % sans symptômes ni aggravations – pour produire un infarctus, il faut qu’un caillot de sang coagule se forme sur une plaque  en quelques heures, comme on le constate lors de la réparation d’une blessure) … ce caillot crée un infarctus. … l'athérosesclérose  peut avoir pour effet de boucher plusieurs artères du cœur  (L’intervention que j’ai subie pour y remédier a nécessité quatre pontages d’artères avec une veine prélevée sur la jambe ainsi qu’un raccordement  au cœur avec l’artère mammaire)

Le cholestérol est une substance grasse (stérol) qui se trouve dans la plupart des tissus et humeurs de l’organisme : le cerveau, le plasma sanguin (environ 1 g par litre) et la  bile provenant des aliments et synthétisée par l’organisme (foie, corticosurrénale). … Le cholestérol peut former des calculs biliaires et provoquer l’artériosclérose. … (Grand Robert). …

Contrairement à  ce que l’on croit, le mot cholestérol désigne une molécule unique. … Donc il n’y a pas de bon ou mauvais cholestérol dans deux  molécules différentes. … Il s’agit d’une molécule unique qui fait référence  aux HDL et LDL (inférieur à 115 mg/dl), transporteurs du cholestérol dans le sang. … Il s’agit donc d’une particularité de la molécule qui se comporte différemment en présence d’aliments saturés ou non …

HDL : appelé bon cholestérol – capte le cholestérol en excès dans le sang pour être éliminé par le foie – un taux élevé de cholestérol HDL protège des maladies cardiovasculaires et annule le risque de problèmes …

LDL : appelé mauvais cholestérol – Dans le sang, le cholestérol LDL se trouve en grande majorité – C’est le médecin qui juge si le taux présente un facteur de risque cardiovasculaire –

Triglicérides : essentiel des graisses du sang qui ne se trouve pas sous forme de cholestérols – il augmente après un repas copieux et arrosé, ainsi que les maladies du foie et après prise de certains médicaments …

 Le cholestérol total CT : HDL + LDL + 1/5 du taux des triglycérides  doit être inférieur à 2g/l. …

 Quelques conseils pour éviter les problèmes cardiaques :

 1. Privilégier les aliments riches en éléments mono-insaturés : Fruits à coques, olives, pistaches et vitamines et minéraux qui jouent un rôle important,

2. Préférer les légumes, les  fruits, les pâtes, le riz

3. Privilégier aussi les aliments qui sont riches en éléments polyinsaturés : saumon, maquereau, truite, noix, colza, graines de soja, lin, tournesol, maïs et leurs huiles, germes de blé, sésame …

4. Modérer sérieusement les graisses saturées qui  élèvent le taux de cholestérols beurre, fromage, viandes, lait entier et yaourt, pâtisseries, saindoux, margarine solide, huile de coco et de palme – modérer l’alcool  (1 verre par jour pour les femmes et deux pour les hommes)

6. Pratiquer des exercices physiques marche, sports modérés, massage pour garder un système circulatoire souple, bien s’oxygéner dans des lieux non pollués …

7. Diminuer les facteurs de risque : combattre l’hypercholestérolémie, tabagisme, diabète, hypertension, stress (professionnel, problèmes de couple, tour de taille élevé.) ...

L’électrocardiogramme  fournit les résultats d’un appareil qui signale une nécrose des tissus. ...  par  l’apparition du signal de dômes de l’onde électrique, alors que celle-ci est normalement en pointes graphiques. ... 

Le symptôme de cet accident est une douleur dans la poitrine. … Comme, en général, elle se situe au niveau de l’estomac, on a l’impression d’avoir mal digéré. …

C’est ce que j’ai ressenti, un matin vers six heures. … Supposant que c’était un problème de digestion, je « grimpai » à l’étage supérieur pour y boire un verre de bicarbonate de soude (remède digestif familial). … Heureusement, mon épouse s’est alarmée à me voir hagard et a appelé notre médecin qui accourut, à peine habillé, pour me faire la piqure du médicament adéquat. …

Si, je signale et insiste sur ce fait, c’est que je tiens à prévenir chacun de se méfier de douleurs d’estomac avec pâleur, sudation froide et douleurs intenses difficilement  supportables, à ne pas confondre, cependant, avec un problème de digestion désagréable mais tolérable. … Mon beau-frère et un ami sont morts parce qu’ils n’ont pas appelé un médecin qui leur aurait pratiqué les soins d’urgence en attendant une ambulance….

L’angioplastie consiste à introduire dans l’artère inguinale un ballonnet que l’on fait dilater pour élargir le passage, au moyen d’un instrument qui fait office de poire auquel il est relié par un fin tuyau. … Le ballonnet est équipé d’un stent (ressort métallique tressé) qui est placé sur le ballonnet d'abord dégonflé lors de l’introduction, … ensuite gonflé dans l’artère pour la maintenir ouverte en écrasant les dépôts graisseux. … Cette intervention de plus en plus pratiquée permet d’éviter les pontages cardiaques. (voir plus haut) … Malgré tout, il arrive souvent que l’artère se rebouche. …  La technique a bien évolué, mais ne réussit pas toujours, ce qui fut mon cas après de nombreuses tentatives sans succès. ...

Les pontage coronariens que j’ai subis : se pratiquent moins  depuis l’angioplastie. … Cette opération consiste à contourner une artère bouchée avec un greffon (veine saphène provenant de la jambe ou déviation d’une artère mammaire existant chez tous les êtres humains). …

Je subis  cette « réjouissance » à l’âge de 57 ans. …Ce fut très important, … quatre pontages avec des veines, prélevées sur la jambe et un pontage avec une de mes deux artères mammaires. … L’avantage de l’artère mammaire, si elle ne se bouche pas, c’est qu’elle tient toute la vie puisqu’il s’agit d’une artère détournée vers l’endroit à ponter. …

L’opération se passa bien, … quand je me réveillai, je croyais qu’on n’avait pas encore commencé et que l’anesthésie avait échoué. … On me détrompa et à partir de ce moment, je subis un calvaire qui dura trois mois. …

Il m’était impossible de m’étendre à cause du liquide qui remplissait mes poumons, provenant des suites des pneumothorax de ma jeunesse. … 

Pendant tout ce temps, je restai assis sur mon lit d’hôpital, ne dormant que très peu. … Je souffrais atrocement des reins, jusqu’à l’écœurement. … Dans cette position, ma colonne vertébrale déviée par la scoliose de mon enfance,  était un supplice. … Je souffrais des reins à l’extrême de ce qui est supportable … J’étais devenu hagard et livide.  …

A cela est venu s’ajouter une constipation opiniâtre, qu’à la longue de courageuses infirmières me soulagèrent, avec le doigt, en retirant morceau par morceau des blocs blanchâtres durs comme la pierre qu’elles cassaient à l’intérieur en me blessant jusqu’au sang. …

La raison de cet état venait des pneumothorax de ma jeunesse. …  C’était un procédé archaïque, consistant à comprimer le poumon une fois par semaine pour favoriser  la cicatrisation  des cavernes de la tuberculose. … Il fut abandonné depuis, grâce aux antibiotiques, permettant actuellement une guérison médicamenteuse rapide. …

Le pneumothorax, que je subissais toutes les semaines,  consistait à envoyer  de l’air entre les deux plèvres, pour immobiliser la partie du poumon présentant des cavités creusées par le bacille de Cock, … Cette intervention immobilise le poumon et facilite la cicatrisation des « cavernes », appellation imagée pour désigner les trous creusés par le bacille. …

Les cardiologues qui me soignaient, n’ayant aucune pratique de ce procédé archaïque plus du domaine des pneumologues, furent désemparés. … Les deux plèvres étaient en partie soudées et le liquide pleural était logé dans de nombreuses poches écrasant le poumon,  quand je tentais de m’allonger. … De plus, la scoliose de mon enfance ne me permettait pas de me coucher sur le dos, ce qui n’arrangeait rien. … Je dors toujours sur l’un ou l’autre côté. …

Je peux difficilement expliquer cet état de souffrance, à la limite du supportable. … Je ne sais pour quelle raison, les médecins ne prétendaient pas m’aider avec une médication calmante. … Peut-être, parce que je ne me plaignais jamais, ne voulant pas passer pour une « mauviette »

Je tentai de dominer cette souffrance en m’inspirant des fakirs et autres acteurs de foire qui arrivent à maîtriser la douleur après de longs et patients exercices d’entraînements, ce qui n’était évidemment pas ma pratique régulière. …                                  

Je rentrai chez moi dans cet état, souffrant et hagard, aussi mon épouse  alerta-t-elle mon médecin traitant : « Si, vous ne faites rien mon mari va mourir ». …

Un vieux chirurgien de l’équipe des cardiologues de Saint Jean, m’a hospitalisé. … Il a patiemment, pendant plusieurs jours, ponctionner le liquide en le remplaçant par divers antibiotiques, jusqu’à qu’il arrive  à vider définitivement les poches. …

Mes aventures cardiaques étaient loin d’être terminée. … En 2014, mon état général se dégrada, … j’étais essoufflé et ne parvenait que difficilement à atteindre mon bureau situé deux étages plus haut. … Jusqu’à ce qu’un soir je fus tellement mal,  que mon fils Benoît, des services d’urgence de la clinique Sainte Élisabeth, me conduisit, en catastrophe, à son service. … J’étais en danger de mort, ma tension frôlant les limites mortelles. …

Les cardiologues ont dû s’y reprendre en deux interventions de dix jours, la première ayant échoué, pour finalement  placer un pacemaker. …

C’est un engin sophistiqué, placé sous la peau près de l’épaule. ... Il seconde un cœur déficient en régularisant sa fonction. … Il s’agit-là d’une prouesse chirurgicale qui consiste à installer des électrodes en passant par l’artère sous-clavière pour les relier  à deux endroits dans le cœur …  ce procédé provoque artificiellement et régulièrement un choc électrique qui supplée les déficiences du cœur. …

Depuis ces époques éprouvantes, nos enfants, menés par Benoit, nous ont trouvé et installé un magnifique appartement avec tout le confort, dans une grande propriété boisée. …

Nous y sommes de plus en plus heureux et je me porte mieux, de jours en jours, avec le plaisir de rédiger les textes de « Propos d’un octogénaire » dont le présent travail  fait partie. … J’ai l’ambition et la volonté de devenir centenaire parce que j'ai beaucoup de choses à dire. ... Je fais tout pour ça. …

---

Référence à un site qui illustre avec passages animés toute la documentation sur les opérations du cœur :

http://www.allodocteurs.fr/maladies/coeur/infarctus-arret-cardiaque/pontage-coronarien-contourner-une-artere-bouchee_1292.html