&95w Poésie/Rome/religion

La publication précédente fut consacrée à la partie profane de notre voyage à Rome. --- Ce chapitre-ci sera réservé à la partie religieuse de notre séjour. ---

Nous débuterons par la cérémonie de canonisation de Nicolas de Flue, premier saint suisse. --- (au chapitre 11.0 nous détaillerons les particularités de cette cérémonie). ---

Tout s’est passé dans une ambiance de foire, les « curieux et les « amateurs de spectacles religieux » couvraient la piété silencieuse de ceux qui venaient pour se recueillir. – Les « viva el papa » fusaient de toute part, repris en cœur par la partie festive de l’assistance. ---

George et moi, garçons pieux, candidats au sacerdoce, étions scandalisés par cette ambiance de foire, comme nous le fûmes aussi en visitant les autres lieux du culte italiens. ---

Le poème qui va suivre ne surprendra pas quand on comprendra la déception qui était la nôtre, --- nous qui ne connaissions que l’ambiance recueillie et feutrée de nos églises ou cathédrales, proclamant les bases notre foi. ---

Au plus haut de Saint-Pierre
Les trompettes ont sonné
Le grand chant des mystères
De préceptes donnés.

Ce vaisseau des martyrs,
Des apôtres et des saints
S'abîmera en vain
En mer des souvenirs.

Sur Moïse, protecteur de l'arche,
Guide éclairé de son peuple en marche,
Se sont penchées les ailes blanches
Des vierges du ciel que sont les anges.

Mon âme est sous le fer
De tes si dures lois
Dont mon cœur n'a que faire
Tant il est en émoi.

Tous les âges ont transmis
Ces premières croyances
A tous les cœurs soumis
En crainte des offenses.

°°°°°°

Un des projets que nous voulions réaliser et qui nous tenait très à cœur était la visite des catacombes. ---

Nous eûmes la chance de bénéficier d’un confrère du supérieur de l’institution où nous étions logés, spécialiste reconnu des catacombes, qui nous ouvrit la partie interdite au public pour nous la faire visiter. ---

A un certain moment, il nous révéla que lui-même n’avait jamais foulés l’endroit. --- On n’imaginera jamais l’émotion qui nous étreints en foulant un sol sacré dans les parois desquels des cases avaient été creusées dans la craie pour recueillir les ossements des décédés de l’époque, parmi lesquels, peut-être, des chrétiens persécutés, martyrs. (12.0). --

Voici un poème de six pieds qui tente de faire une synthèse des effets de ma perception émue de l’injustice de l’Histoire qui n’accorde que peu d’intérêts à ces persécutés oubliés. ---

Ô sombres catacombes,
Il y a dans vos tombes
Le lourd passé fuyard
Des vils regards hagards,
D'éperviers très cruels,
Bien trop gorgés de fiel
Et avides du sang,
De ceux qui sont absents.

Il y a dans la craie
Les tristes chairs perdues
Des âmes torturées
En leur foi éperdue
Gravée au grand fronton
Des temples de la mort,
Enfouis dans le fond
Du lent passé des corps.

Il y a dans la nuit
La folle nuit qui fuit
La voix des oubliés
Et les chants tant criés
Des cœurs cherchant toujours
Le chemin de l'amour.

---------

Ce voyage, réalisé dans les conditions que j’ai décrites, restera gravé dans ma mémoire et mon subconscient comme le moment peut-être le plus important de ma vie, tellement je fus transporté d’idéal, de ferveur et de grandiose. ---

Dix-huit ans c’est l’âge des illusions, dit-on, mais pour moi ce fut celui de la grandeur, de la foi et d’une sorte d’apaisement mystique. ---

Au sortir du « sana », de la souffrance morale, du complexe de l’infirmité, de l’espace confiné, du monde de la souffrance et du désespoir, des gémissements, des toux et des crachements, je ressenti la joie profonde d’entrer dans la vie avec l’enthousiasme de celui qui se sent libre, qui va réaliser des projets, qu’on ne fuira plus comme un pestiféré. ---

La suite me fera déchanter : déception d’un monde sordide et veule alors que je croyais, dans ma candeur, trouver un monde d’idéal et de fraternité, déception aussi de réaliser ma faiblesse physique. --- Le voyage et l’émerveillement du moment nous avaient galvanisés comme ceux qui se surpassent pour réaliser un exploit. –

Je crois qu’il est important pour ceux que l’histoire intéresse, de lire le chapitre 12.0 --- ils trouveront, sur mon blog et mon site, une étude détaillée et documentée de ce lieu important de l’histoire ainsi qu’au chapitre 11.0 la relation de la canonisation du premier saint suisse de l’histoire. ---

-o-o-o-o-