Clergé catholique idéaliste (milieu qui a influencé ma jeunesse)

 

*1.3* Clergé catholique idéaliste :


J'ai été élevé dans un environnement particulièrement croyant et pratiquant. Nous remplissions avec ferveur tous nos devoirs religieux aussi bien à l'extérieur que chez nous : Le chef de famille (mon père) récitait le « Bénédicité » avant chaque repas et la prière du soir (dont les litanies à la Vierge), à genoux sur le sol, les coudes sur une chaise. Je ne vous dis pas les fredaines que cette position, camouflée par le dossier, occasionnait. Le dimanche était lourd de devoirs religieux : messe basse et grand-messe le matin, vêpres et salut l'après-midi et la semaine office du matin avant l'école, prières avant chaque cours, confession obligatoire le samedi (terreur des adolescents qui n'aimaient pas raconter leurs pensées « osées »).


Il y avait un prêtre dans chaque famille : le curé du village de Vonêche, frère-aîné de ma mère et le père Paul, missionnaire spiritain, frère de mon père. Je manquerai de peu d'être moi-même missionnaire spiritain dans la congrégation de mon oncle où j'ai débuté mes études dans leur petit séminaire, si les aléas de la vie n'en avaient décidé autrement.