27.e - Comme un biscuit de Saxe, Patrick comble une longue attente de notre premier né

C’est intentionnellement que j’ai remonté le temps depuis celle qui vint la dernière, mon petit cristal de roche, pour aboutir à celui qui combla un si long et impatient désir qu’on ne croyait plus à sa réalisation.

 

Il était si beau, si attendu, si désiré, si sublime qu’il nous semblait tomber du ciel.

 

C’était le plus fin des biscuits de Saxe que nous avions rangé dans la vitrine de nos rêves…. un teint délicat… des cheveux d’or sombre… ondulant légèrement dans un appétit de soleil

 

Bouffée de bonheur, quand je rentrais le soir, accueilli par deux têtes bondes, l’une souriante et radieuse, l’autre qui me tendait les bras…. Ces instants étaient si précieux que j’enfermerai ces pierres rares dans l’écrin de mes souvenirs…

 

Y avoisineront ces plages de sable blanc de la mer du Nord,… fluide sur des petons de porcelaine…. avec en fond…. des vaguelettes et des cris de mouettes….

 

Il y aura aussi l’appel de la campagne avec la vie des champs et des fermes ….. la découverte de la nature qu’il se mit à aimer et les oiseaux et les insectes que je lui appris à observer….

 

Et puis, comme son grand-père, il se passionnera d’oiseaux exotiques de volières…, nous en construirons une grande dans notre courette avec abri à l’intérieur de la maison.

 

Adolescent, il aimera l’aventure et l’exotisme dans un environnement qui y était propice : ses sœurs, nos amis coréens et tous les autres que nos activités inter-culture nous amèneront à fréquenter.

 

Pour se préparer à l’existence difficile de l’aventurier, il voulut s’endurcir de la vie rude des unités militaires de para-commando avec sauts en parachute et escalades de rochers abrupts.

 

A 23 ans, il concrétisera cet appétit d’autres cieux en suivant notre amie Agnès qui retournait en Corée et lui trouva un emploi de professeur de  français.


Il y restera trois ans à peine… : Sa rage de changement, d’aventures et de sensations le poussèrent à chercher d’autres horizons.

 

Le triangle d’or, la Chine, le transsibérien et le retour en Belgique par les pays de l’Europe de l’Est à l’époque du communisme satisferont son appétit d’aventures et l’envoûteront de leur caractère insolite et dangereux … ce seront six mois d’un voyage extraordinaire dans des régions peu traversées par les occidentaux de l’époque (1989).

 

Avec des compagnons de voyage improvisés au hasard des rencontres, il traversera toute la Chine rouge en utilisant des moyens de transport aussi insolites que ces petits tortillards surchargés qui besognent péniblement dans les provinces ancestrales et qu’on aborde surtout par les fenêtres à la conquête d’une minable place en piétinant d’incroyables détritus…..

 

Avec ses compagnons, il s’est parfois trouvé entouré de braves gens qui voyaient des blancs pour la première fois et qui les regardaient de loin avec crainte comme s’ils étaient des yetis descendus des montagnes (ses compagnons étaient de robustes et grands Australiens).

 

Il ramena d’étonnantes photos de ces endroits insolites, tels ces étals de bouchers avec, pendus aux crochets, les animaux les plus incroyables figurant au menu des autochtones qui en font leur quotidien, si pas leur mets de choix (rats, souris, serpents, animaux crevés, rongeurs de toute taille, chiens, chats, rapaces,…. enfin tout ce qui court, vole, nage… à tel point que les étrangers qui sont là-bas prétendent que les Chinois mangent tout ce qui bouge….)

 

Revenu en Belgique, il lui prit la fantaisie de s’envoler pour l’Espagne pour y lancer un commerce d’antiquités en provenance de Corée et du Japon que notre amie, la coréenne Agnès devenue exportatrice de ces articles, lui procurerait.

 

Chose amusante, mais étonnante pour quelqu’un qui venait à peine de quitter le nord-est asiatique, c’est dans la pension où il se trouvait à Barcelone qu’il fit la connaissance et s’éprit d’une jeune Japonaise qu’il épousera plus tard et qui était venue y perfectionner sa connaissance de l’espagnol, langue qu’il apprenait lui-même.

 

Un jeune garçon très blond

Sorti du cœur des fées

Riait dans les étoiles

En brillant de grands yeux.

 

Ce bel enfant des villes

S’était épris des champs,

De grandes clairières

Et de vie dans les mousses.

 

Ce passionné des îles

Rêvera d’orient

De pagodes et de temples

Mais aussi d’oiseaux fauves.

 

Ce chercheur de grands ciels

Repoussant l’horizon

Trouva dans les voyages

La paix de sa raison.

 

Comme je le signalai plus avant, Benoit se lançait de plus en plus dans le parapentisme et décida d’abandonner le commerce d’antiquités asiatiques qu’il menait avec sa mère.

 

C’est ainsi que Patrick revint au pays pour continuer l’affaire. Il ramenait avec lui la jolie Japonaise à qui il avait fait une cour empressée et qu’il avait conquise sur les terres madrilènes.

 


-----