La Chine (Edmond Tang, chercheur à Lumen Vitae, qui est un voisin)

Ô multitude racée

Comme un flot de sang immense

S'écoulant toujours intense

Sur nos terres épouvantées.


Ô grand peuple jaune en marche

Comme les vagues de l'arche

Qui s'enroulent en très longs flots

De la mer toute en sanglot.


Ô multitude gigantesque,

De plénitude « myrmiesque »,

Si vieux peuple du fond des âges,

Vous amassez les noirs nuages

De votre grande immensité

Sur notre monde épouvanté

.-----

 

{7} Le 27 janvier 1984, nous avons eu la grande chance de bénéficier d'un conférencier de choix en la personne du Chinois Edmond Tang, collaborateur et chercheur à Lumen Vitae (Centre international d'étude et de formation religieuse).

Il était de toute évidence l'ambassadeur idéal pour présenter la Chine, cet immense pays : orateur routinier et cultivé, maîtrisant parfaitement notre langue, il percevait avec une grande ouverture d'esprit toutes les contradictions de deux cultures d'autant plus éloignées l'une de l'autre qu'elles se compliquent aujourd'hui de l'opposition entre libéralisme et totalitarisme.

Avec grande finesse et diplomatie, il parvint à mettre l'accent sur tous les éléments de symbiose à exploiter pour rapprocher deux philosophies aussi contradictoires.

Nous fûmes conquis ... La salle était accrochée à des lèvres qui chantaient le parfum de tièdes rizières, les petites rues sous le soleil, le friselis des sandales sur la terre battue des ouvriers, artisans et paysans, en bleu du labeur ... et le murmure feutré des vestes de femmes ondulant sur un pantalon de toile « Mao », plus à la gloire de la révolution que de leurs charmes ... Et surtout, survolant tout cela dans les ruelles, l'insouciance éternelle des cris d'enfants heureux ...

Notre conférencier, avec talent, nous révéla deux faces peu connues de la Chine actuelle dont on ne présente généralement que la fourmilière industrielle, citadine ou ... militaire. Le pays profond est tout autre : moins gagné par le communisme, il reste attaché à ses traditions ancestrales.

Originaire de ces régions éloignées des centres urbains, Edmond Tang nous fit pénétrer dans un monde attachant de gens simples que le communisme effleurait sans trop le déformer.

Personne n'ignore, surtout maintenant, depuis son ouverture à notre monde occidental, que cet immense pays d'une superficie valant à peu près celle du continent européen (9.596.960 km2), habitée par environ un milliard trois cent vingt-cinq millions d'habitants (un homme sur quatre à cinq est chinois), recherche désespérément le compromis qui lui permettrait d'intégrer dans son système totalitaire la libre entreprise qui nous réussit si bien.

Sa préhistoire remonte très loin dans celle de l'humanité. Il semble que les premiers humains qui pratiquèrent l'agriculture plutôt que la chasse, la pèche ou l'élevage, proviendraient des plaines fertiles des bassins du fleuve jaune. Certains auteurs pensent que les premiers chasseurs-cueilleurs et éleveurs de l'humanité se seraient sédentarisés dans cette région fertile en y pratiquant la culture du sol associée à l'élevage.

Ce pas en avant énorme de l'homo sapiens-sapiens fut à l'origine d'un grégarisme de masse favorisant une agglomération de population avec l'éclosion de « Grands Chefs » à la tête d' « États » puissants, succédant aux bandes ou petits groupes d'individus nomades existant jusqu'alors.

Ce phénomène de regroupement sous une autorité suprême fut une des caractéristiques des populations chinoises qui dès le Néolithique se rassemblèrent en entité à caractère national (empires, États militaires pour défendre les frontières) avec un leader devenu rapidement potentat avec pouvoir de vie et de mort sur ses sujets.

Les frontières actuelles de la Chine ont parfois reculé jusqu'à la Corée et le Vietnam et son influence s'est ressentie, à certaines époques, jusqu'au Japon, à la Mongolie, au Tibet, à l'Iran, à l'Inde, ainsi qu'à l'Asie centrale et du Sud-Est (Indonésie, Philippines, Indochine) en s'approchant suffisamment du monde hellénique et plus tard islamique pour expliquer certaines concordances avec les croyances judéo-islamiques ou chrétiennes.

Il semblerait qu'on peut remonter à la fin du troisième millénaire (avant la civilisation du bronze) pour retrouver déjà des traces sérieuses d'une dynastie néolithique du nom de Xia.

Des vestiges de civilisations autocratiques existent datant de la seconde moitié du deuxième millénaire avant J.C. Les fouilles des sites Shang ont révélé des techniques avancées comme l'attelage de deux chevaux, les bases de l'écriture chinoise, une économie agricole complétée par l'élevage tandis que les seigneurs se réservaient la chasse. Cette civilisation était du type seigneurial avec un roi et sa parenté qui s'attribuaient les fonctions nobles (activités militaires, économiques ou religieuses limitées au culte des ancêtres du roi).

Comme partout ailleurs, le pouvoir religieux se développa en suscitant l'éclosion des premières activités culturelles dont l'écriture et les arts entraînant ipso facto le développement d'une élite intellectuelle influente manipulant l'autorité en place.

La défense des frontières de ces populations établies devint une priorité à cause de la menace permanente des tribus nomades de Mongolie ou autres voisins qui cherchaient à s'emparer de biens dont la sédentarité favorisait l'accumulation et le développement. Ces hordes de pillards étaient d'autant plus dangereuses qu'elles se dotèrent très tôt de cavalerie qui se déplaçait rapidement et combattait efficacement.

C'est une des raisons qui poussa les autochtones à se protéger de ces incursions équestres dévastatrices en élevant dès 500 avant J.C. une muraille d'abord primitive faite de talus de terre et de fossés, puis plus tard de briques et de pierre de taille enserrant un mélange de terre et de pierrailles élevé en murs épais, avec chemin de ronde au sommet.

Sa longueur dépasse 5.000 kilomètres, si on tient compte qu'elle suit les accidents du terrain et que son tracé a parfois été modifié et doublé au cours des siècles. Il est large d'environ cinq mètres, pour permettre d'y ménager à son sommet une voie de circulation permettant sa surveillance, son entretien et même son usage en tant que voie de passage. Il est doté de tours de guet, de créneaux, de bastions pour abriter la garde, et ... de tour à fumée d'alarme d'avertissement en cas d'attaque ...

L'édification d'un ouvrage aussi important nécessita un effort considérable de la population chinoise asservie par les régimes féodaux de certaines grandes dynasties (Qin, Han, Sui, Ming)

Les menaces extérieures de voisins agressifs, dangereux, mobiles, organisés en hordes efficaces furent les plus importants facteurs d'unité de la Chine qui connut cependant une interruption de près de deux siècles dans la pérennité de son histoire lors de l'invasion mongole de Temudjin (devenu, en 1206, Gengis Kan ou le Khan universel) et de ses successeurs qui se répandirent sur une bonne partie de l'Asie centrale et de l'Asie mineure jusqu'aux confins de l'Europe qu'ils menacèrent dangereusement.

Une dynastie mongole s'implanta, marquée des événements suivants : mort de Gengis khan en 1222 - élection de son fils Ögödeï en 1229, de ses petits-fils Batu en 1242 et Kubilai en 1274.

Quant à leurs conquêtes, signalons : Pékin et la Manchourie en 1215 - les bords de l'Indus en 1221, l'Iran en 1231, Moscou en 1238, Kiev en 1240, Anatolie (Turquie d'Asie) en 1243, l'Irak en 1258, mais échec contre les Mamelouks d'Egypte en 1260 et le Japon en 1274.

Les Mongols s'implantèrent, dès 1279, en Chine en conquérants et ce ne fut qu'en 1368 qu'un rebelle parvint à les renverser provoquant l'éclosion de la dynastie des Ming,

Pour bien situer l'époque, rappelons que l'Europe était déchirée par les problèmes religieux qui la divisaient et affaiblie par la peste noire (apparue, dès 1331, dans une Chine diminuée par les pillages mongols, puis dans toute l'Europe et une partie de l'Asie ainsi que dans le bassin méditerranéen)

Evoquons également l'incursion asiatique du père et de l'oncle de Marco Polo qui fréquentèrent la cour de Kubilai en 1265 et en ramenèrent une lettre pour le pape. Ils y retournèrent, en 1275, avec Marco Polo qui les accompagna pour dix-sept ans de service à la cour du khan.

De son séjour en Chine, Marco Polo écrira un livre resté célèbre « Le livre des merveilles », tellement dithyrambique de la vie à Pékin, que ses contemporains le considérèrent plus comme une belle œuvre de fiction que comme un récit authentique.

Marco Polo s'étendit davantage sur le confort, surprenant pour l'époque, qu'il retirait d'une ville bien organisée (poste, pompiers, voirie, hôtels, papier-monnaie, marchés) tout en profitant des plaisirs d'une cour fastueuse. Cependant, par souci de vérité historique, il faut rappeler que ce luxe citadin et de cour était subordonné au résultat de la pression exercée sur des régions surpeuplées et pauvres que les hordes mongoles saccageaient et opprimaient régulièrement.

On ne peut évoquer la pensée chinoise sans parler de Confucius qui vécut peut-être aux environs des années cinq cents avant J.C (s'il a vraiment existé). En fin de compte, il ne reste actuellement qu'un salmigondis de propos et de textes, qu'il n'est pas facile de lui attribuer ni d'en trouver l'origine.

Cependant, son nom et les effets de son rayonnement marquèrent profondément la Chine et certains de ses voisins (Japon, Corée, Vietnam...) par la propagation d'une certaine philosophie humaniste privilégiant un modèle de morale personnelle dite « junzi » qui se détache de celle dictée par la naissance et l'éducation pour se tourner vers ce qu'inspirent le cœur et l'esprit.

Cette évocation, trop succincte, ne cerne que de très loin ce que représente le personnage, ainsi que la philosophie, les écoles, disciples, et littérature qui se sont bâties sur et autour de lui. Monsieur Tang s'efforcera de mieux cibler ce courant de pensée religieuse dans l'exposé sur le bouddhisme qu'il nous donnera plus tard, le 25 octobre 1985.

Enfin, pour être complet, ajoutons qu'il semblerait, d'après certains auteurs, que Confucius aurait réuni dans le « Shu » (le livre) une centaine de documents qu'il aurait retenus de la compulsation des trois plus anciens livres qui faisaient autorité dans l'antiquité (Shu jing, Shi jing, Yi Jing). La vérité historique restera difficile à établir, en raison des nombreuses persécutions, destructions, incendies qui firent disparaître la plus grande partie des écrits.

Comme pour tout maître à l'origine des grands principes de la pensée humaine, des disciples, des écoles et des branches foisonnèrent et prétendirent étoffer ou continuer son enseignement tels Mencius, idéaliste (-372-289), Xunzi, matérialiste et rigoriste (-300-220), Yang Zhu, égoïste sans morale (vers -350)...pour ne citer que les plus proches de cette époque.

On ne peut se pencher sur l'histoire de la Chine sans évoquer le célèbre empereur Qin Shi Huangdi (259-210 av. J-C.) fondateur de la première dynastie impériale et son armée en terre cuite. Unificateur de l'empire, mais impitoyable tyran (il fit exécuter les lettrés, détruire les livres et exiler 125.000 familles aristocratiques, provoquant la fin définitive de la féodalité chinoise)

Il instaura un pouvoir autocratique centralisateur (administration impériale tyrannique, suppression des murailles intérieures au profit de la « grande muraille » en maçonnerie, unification de l'écriture et des poids et mesures, division de l'État en 26 « jun » administrés par un préfet et un gouverneur militaire surveillés par un surintendant dépendant de l'empereur, système pénal impitoyable etc.

C'est en mars 1974 que des paysans découvrirent enfouie dans le sol une armée de 6.000 guerriers en terre cuite peinte. Ils avaient été placés là en ordre de bataille comme pour défendre le mausolée. Dés 1925, des statues et des débris de celles-ci avaient été retrouvés çà et là autour du tumulus. Il semblerait qu'aucune tête ne soit identique afin d'assurer une plus grande vérité à leur représentation. Suivant certains auteurs anciens plus de 700.000 hommes furent « mobilisés » et certains « éliminés » pour réaliser l'ensemble du site.

Edmond Tang et son épouse étaient accompagnés de leur ravissante petite fille : famille souriante, simple, chaleureuse d'idéal élevé de partage ; ils nous firent percevoir la valeur élevée de l'âme chinoise et la profondeur cachée d'une population réduite au silence (à cette époque) par un régime qui s'efforçait au moyen d'un communisme rigoureux à la dure et d'une politique sévère de limitation des naissances de maîtriser sa surpopulation et son manque de ressources.

L'incompétence des politiques de l'époque à gérer la production agricole conduisit à l'échec les premières tentatives d'augmenter le rendement en négligeant les règles élémentaires d'assolement des sols, ce qui ne fit qu'aggraver la situation et plongea le pays dans la plus profonde misère malgré l'aide de son voisin soviétique.

Notre conférencier, avec dignité, s'efforça de les passer sous silence, s'attachant surtout à bien nous pénétrer de la vie simple, subtile et intelligente d'un peuple que l'histoire n'a jamais épargné.

Il nous parla de deux villages ou bourgades d'où il provenait : l'un agricole et l'autre élevant le ver à soie.

Nous avons suivi les hommes et les femmes dans les champs qu'ils cultivaient avec les moyens archaïques que leur industrie naissante n'avait pas encore été capable de remplacer.

Les diapos nous révélèrent des enfants peu nombreux et propres, des bœufs arc-boutés sur des charrues primitives, des dos arrondis dans des champs étroits et maigres cultivés par une population laborieuse, fataliste et soumise...

L'autre vision toute aussi surprenante nous fit découvrir une petite cité artisanale produisant de la soie, avec ses petites entreprises familiales d'élevage du « bombyx mori » et de la culture du mûrier, dont les feuilles sont la seule nourriture de cet insecte.

Notre amie coréenne Agnès nous a raconté qu'au début de son mariage, elle avait logé chez ses beaux-parents, propriétaires terriens, gros sériciculteurs et les nuits blanches qu'elle avait endurées tellement le bruit des mandibules de milliers de chenilles, rangées sur des claies, rongeant des feuilles de mûrier était lancinant, immense et angoissant. Elle a gardé de ces souvenirs une telle terreur que la simple vue de vers quels qu'ils soient la fait fuir avec de grands cris de terreur, ce qui nous amusait beaucoup quand elle nous aidait dans notre jardin de Meux.

Autre détail pittoresque à relever, révélateur de la valeur intellectuelle d'une certaine Chine profonde, sera celui de grands tournois d'échec opposant les champions du coin que des assistants reproduisent sur un grand échiquier peint sur le pignon de la plus haute maison et qui est tenu à jour au moyen de figurines accrochées représentant les pièces en jeu déplacées au fur et à mesure des coups. Ces joutes sont suivies avec passion par tout le village et chacun ira de son commentaire sur la tactique à développer.

La famille Tang obtint un très grand succès et fut la meilleure ambassadrice qui soit auprès de notre public conquis et convaincu de l'avenir fantastique de cette immense nation, grâce à sa politique actuelle de rationalisation et de discipline culturelle.

Nous avons terminé la soirée ave c le devenu traditionnel thé, au jasmin pour l'occasion, ce qui permit la formation de petits groupes animés partageant l'unanimité de leur enthousiasme pour ce monde tellement méconnu et décrié.

 

°°°°°

Liens : cliquez

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chine