La vie - D'où vient la vie - les facteurs de la vie.

 

Ch. 29.2  - La vie

 

Ch. 29.2a - D’où vient  la vie ?

 

HARMONIE DE LA VIE.

 

Tendre lagune bleue d’acier,

Amante alanguie de soleil,

Chatte étirée sous les baisers

De la vie qui soudain s’éveille.

 

Tiède de rayons engourdis,

Ton ventre chaud s’est alourdi,

D’atomes, cellules et mers,

Pour enivrer la terre entière.

 

Une algue bleue des océans,

Avide de ciel,  folle d’îles

Préparait un très grand moment :

L’alchimie des chlorophylles.

 

La vie a voulu la douceur,

La vie a voulu les couleurs,

La vie a voulu la chaleur,

La vie a voulu le bonheur.

 

Le soleil lui a tout donné :

 

Le vert de ses prés et ses bois

Le rouge des couchers du soir

Le jaune de ses moissons d’or

Le bleu de son beau ciel d’été

Le blanc de ses neiges éternelles

Et le noir de ses nuits profondes.

 

°°°°°°°

 

{10} La vie et l’intelligence sont  des phénomènes aléatoires peut-être uniques dans l’Univers ou très rares.  Leurs conditions d’existence sont tellement fortuites qu’elles résultent ou du hasard ou de l’intervention d’un pouvoir supérieur.

Les infinitésimales cellules, qui sont les constituants de notre corps et de tout les êtres vivants, évoluent instant après instant dans le temps au cours de leur existence, en obéissant à un phénomène de croissance suivi d’un retour à l’inanimé, imposé par une loi fondamentale d’échange continu. (Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme disait déjà Antoine Lavoisier fin du 18 ème siècle).

Il est indéniable que la vie a créé un « individu » qui a une existence propre, primaire chez les micro-organisme, ensuite évolué chez les hommes. Le Grand Robert définit le mot individu  (sens biologique) comme suit : Corps organisé vivant d’une existence propre et qui ne pourrait être divisé sans être détruit.

Aussi l’individu prend place dans son environnement pour y avoir une existence propre pendant une durée de temps limitée.  Devenu matière organique par sa mort, il s’ajoute à la « masse  inerte » qui s’est constituée depuis les premiers unicellulaires, pour devenir lui-même le  « terreau fertile »  des existences futures.  Au cours de sa courte vie, « l’individu » ne cessera de se « nourrir » des autres êtres vivants pour subsister en rejetant les déchets qui en résultent et qui s’ajoutent à ce « terreau » fait d’un mélange de matières organiques et inorganiques.

La vie est un « accident » peut-être unique (ou très rare) dans l’univers. Un mécanisme évolutif s’est mis en place par « accident » sur un morceau de « soleil éteint », notre planète terre  (une planète, du grec planetes = errant) orbitant autour de sa «modeste étoile » si insignifiante parmi les milliards d’autres.

Nos scientifiques disent que la vie a surgi parce que se sont trouvés rassemblés par le plus grand des hasards, ou par intervention supérieure, les éléments qui lui étaient nécessaires pour démarrer, qu’elle a commencé dans l’eau avec les micro-organismes et une algue (ou un végétal primitif) qui se passaient d'oxygène et cela il y a quelques milliards d'années.

{11} L’évolution a poussé ce végétal a dissocier l'oxygène que contenait l'eau. L'aventure de la vie multicellulaire était lancée pour atteindre le degré de complexité que nous lui connaissons aujourd'hui.

Cette algue ou ce végétal a entamé ce processus de dissociation de l’oxygène de l’eau parce qu’il obéissait à une loi de poussée évolutive de la matière (rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme depuis le départ théorique de l’espace-temps dans « notre » univers qu’on a appelé le Big-bang ou l’explosion initiale.

Depuis qu’Einstein l’a exprimé dans sa formule E = mc², on sait que la matière, c’est de l’énergie en devenir et vice versa, rien n’est statique, tout évolue, tout est en mouvement dans l’univers.  Dès l’explosion initiale, il y a création d’un mouvement avec échange de matière et de force vers un autre « devenir ».

Sur notre planète « terre », cette poussée évolutive atteindra le paroxysme de son adaptation quand toutes les possibilités de croissance auront été atteintes dans un espace limité, probablement à la suite de grands mouvements géologiques locaux ou planétaires. Ainsi, après les unicellulaires, quand des végétaux du milieu marin se trouvèrent confinés sans possibilités de développement, ou bien ils périrent pour retrouver les stades de la matière inerte ou bien ils s’adaptèrent en se transformant, voire en mutant.

Cette « poussée évolutive » ne sera pas seulement due au manque d’espace vital, mais sera favorisée par une quantité de solutions d’adaptation aux multiples problèmes rencontrés dans le milieu marin d’abord, terrestre ensuite, eux-mêmes confrontés à l’explosion de la vie, processus dont le mécanisme est exponentiel.

Ces phénomènes ont provoqué les nouveaux règnes :   dans le milieu marin, celui des poissons transformateurs de plancton et de micro-organisme et celui des poissons piscivorestransformateurs de leurs propres congénères,  et sur la terre celui des premiers "amphibiens" et ensuite, les herbivores, transformateurs de végétaux et des carnivores, transformateurs d’herbivores.

Quant aux origines de la vie, selon des scientifiques sérieux, elle serait apparue sur terre dans des sortes de petits lagons tièdes laissés par des mers calmes, il y a environ 3,5 à 3,8 milliards d’années. C’est dans ces creusets qu’une incroyable alchimie se serait produite : « Il se fait que, sur la terre, un événement d’une très haute improbabilité a eu lieu »  J.Monod dans « Hasard et nécessité » ou pour les croyants, intervention supérieure avec prolongement de « l’individu » dans une autre existence.

Cette « prévie » dans des endroits privilégiés se serait retrouvée dans les mers par accident géologique ou par le mouvement des océans.  Les mers chaudes devinrent vraisemblablement le giron des tout premiers unicellulaires. Plusieurs autres hypothèses existent.

On connaît la suite : aux unicellulaires ont succédé les pluricellulaires dont un végétal qui contribua à la mise en place du processus chlorophyllien.

L’hypothèse d’un monde dont l’origine biologique serait l’ARN (Acide ribonucléique) a la faveur des scientifiques. C’est une molécule que l’on trouve dans pratiquement tous les êtres vivants, y compris certains virus.

Il est admis qu’un certain nombre d’événements se sont succédés pour produire la vie : création de molécules organiques simples, ensuite formation de membranes cellulaires et aléatoirement de molécules d’ARN-enzymes capable de se dupliquer, pour être progressivement remplacées par des protéines-enzymes, et enfin l’apparition de l’ADN (Acide désoxyribonucléique), support du génome et des ribosomes constituant l’organisation actuelle des organismes vivants.

 

-----

 

Ch. 29.2b - Les facteurs de la vie.

 

Si je consulte mes encyclopédies, elles m'apprennent les données suivantes :

 L'oxygène est contenu dans l'eau (deux atomes d'hydrogène et un d'oxygène). L'air (sec) que nous respirons est formé de molécules composées de 78% d'azote, de 21% d'oxygène et d'1% de gaz rares (argon, néon, hélium, krypton, xénon).

 L'évolution biologique a provoqué des processus chimiques de création de molécules telles, outre celles de l'oxygène contenu dans l'air, celles de l'ozone qui lui est complémentaire.

L'ozone (trois atomes d'oxygène ou O3) est produit par intervention cosmique : une molécule d'oxygène (O2) se dissocie en ses deux composants, qui s'associent chacun à une autre molécule d'oxygène pour former une molécule d'ozone (O3). L'ozone, présent dans la stratosphère (entre 10 et 50 kilomètres d'altitude), est un filtre qui nous protège des rayons ultra-violet qui tuent la vie aérienne.  Cette molécule est apparue il y a 900 millions d'années avec le développement de la vie végétale marine. Personne n'ignore que l'activité humaine peut être responsable de la raréfaction de l'ozone stratosphérique et que les autorités de la planète y sont attentives.

Autre processus chimique :  la photosynthèse qui permet aux végétaux d'assimiler grâce à la lumière le gaz carbonique et de produire des glucides tout en libérant de l'oxygène. Ce gaz carbonique ou dioxyde de carbone est rejeté en l'absence de lumière, notamment la nuit. La photosynthèse est la principale voie de transformation du carbone minéral en carbone organique.

Ces différents phénomènes sont liés à la vie et ont contribué à son explosion en créant la cornue d'éléments divers dans laquelle s'est développé le processus chlorophyllien.  La chlorophylle (du grec chloros : vert et phyllon : feuille) est  un pigment situé dans certaines matières  (chloroplastes) des cellules végétales, pour intercepter l'énergie lumineuse et la convertir en énergie chimique.  Son spectre  d'absorption du rayonnement lumineux (Ce sont les raies ou plages lumineuses de la lumière visibles dans l'arc-en-ciel) est le vert et c'est dans cette couleur dont la longueur d'onde est moins absorbée que la chlorophylle nous apparaît.

 {13} Que nous apprennent encore nos documentations ?

 Les êtres vivants, végétaux ou animaux et nous par conséquent sommes composés de divers éléments que nous trouvons dans notre environnement et que nous assimilons  :

 l'eau : est le principal composant de notre corps (65 % pour un adulte moyen) et est essentielle à l'existence de la plupart des êtres vivants.   Les végétaux (75% d'eau) en sont les plus importants consommateurs en l'absorbant par les racines en grande quantité et en la rejetant par évapotranspiration.

 les glucides (sucres) ou hydrates de carbone, : que l'on trouve dans :  pommes de terre, pain, blé, avoine, maïs, riz, haricots secs, fèves, lentilles, bananes, châtaignes, sucre de canne et de betterave, miel, glucose, confiture, sirops industriels

 les protéines : Protéines d'origine animale = viandes,  poissons, œufs, lait, fromage et d'origine végétale (en  moindre concentration) = légumes secs : haricots secs, lentilles, pois chiches, fèves, graines germées, et les céréales complètes : orge, avoine, blé, riz, pâtes. ... Les protéines sont désagrégées durant la digestion à partir de l'estomac, c'est la raison pour laquelle la viande peut être avalée sans mastiquer.  Presque toutes les protéines sont absorbées quand elles arrivent dans le jejunum (partie centrale de l'intestin grêle) ; seulement 1 %  des protéines ingérées se trouvent dans les fèces.

 les lipides : dont la fonction principale consiste à emmagasiner une quantité d'énergie plus de deux fois supérieure à celle d'un gramme de glucide : en sont riches les huiles (arachide, olive, tournesol, maïs, soya, colza, noix,) le beurre, la crème fraîche, les margarines et les fruits  gras  (amandes, noix, noisettes, arachides etc.) ... Les lipides constituent la matière grasse  des aliments.  Le rôle des lipides dans l'organisme est la constitution des membranes cellulaires et de substrat métabolique, de procurer les éléments nutritifs essentiels au fonctionnement du corps, d'assurer un rôle énergétique et autres ... Ils sont consommés, après les sucres au niveau de  l'intestin.  L'alimentation apporte en moyenne 80 gr. de lipides par jour et constituent une réserve d'énergie.  L'excédent favorise les maladies cardio-vasculaires par dépôt et bouchage des artères

 les sels minéraux. : ce sont des matières composites inertes formées d'éléments chimiques de base (inorganiques) que l'on retrouve abondamment dans la couche superficielle et sédimentaire de notre globe (les roches). Ils représentent 4 % de notre poids.  En dehors des oligo-éléments dont les besoins sont moindres (en grec oligo = peu), ceux dont les besoins sont grands sont : le calcium (dans le lait et les produits laitiers, le jaune d'œuf, les légumes secs) le phosphore (lait et produits laitiers, le jaune d'œuf, le pain et les légumes secs) le sodium (sel de cuisine, charcuteries, lait, œufs, poissons, viandes, conserves, eaux minérales) le potassium (fruits (notamment la banane), légumes secs, viandes, poissons, chocolat) le magnésium (fruits et légumes secs, fruits de mer, chocolat) le fer (abats surtout le foie, viandes, jaune d'œuf, fruits et légumes secs, chocolat, vin ).

 {14} Enfin, il est aussi important de signaler que le carbone est présent partout dans la matière vivante ou ses substrats d'où l'appellation de "cycle du carbone" et d'en conclure que la composante élémentaire de la vie sur notre planète dépend essentiellement du carbone et que la pensée intelligente qui en résulte ne se réalise et ne peut s'exprimer autrement que par cette matière qui en est le support et le moyen d'expression.

 Si on étudie en profondeur ce cycle du carbone, on est frappé par le caractère très hasardeux  d'une réussite dont nous sommes l'aboutissement.

 On peut supposer que d'autres supports existent dans « notre » univers ou dans « l'univers-total » (voir étude précédente : E = mc²) pour exprimer cette pensée intelligente et que nous n'en serions dès lors pas les seuls et uniques  dépositairescomme l'affirment de bonne foi et de manière anthropomorphique la plupart des hommes.

 Ces autres supports sont-ils possibles ?  Pourquoi pas, rien ne nous permet de prétendre le contraire.

 D'autres systèmes que le nôtre, évolutifs également, vivant et se multipliant, occupant un ou des espaces, consommant et développant de l'énergie, sont possibles sinon probables.

Pourrons-nous entrer en communication avec ces « extra terrestres » ? Difficilement sans doute, puisque nous n'avons pas les mêmes possibilités de communication et l'handicap de la distance.

 Ont-ils quelque chose qui ressemble à nos sens ?  Probablement que non.  Si il y a quelque chose qui ressemble à la vie, qui évolue, qui occupe des espaces, qui se multiplie et qui connaît l'incroyable et miraculeuse aventure de la pensée humaine, ce « quelque chose » n'a probablement aucune possibilité de communiqueravec nous, à supposer que ses moyens le lui permettent et qu'il soit à notre portée.

 

----------------

 

Ceux qui voudraient approfondir ou vérifier ce « condensé » écrit par un modeste profane « Monsieur Tout-le-monde » pourront consulter la documentation suivante que j'ai utilisée :

 -          Les différents sites de Wikipédia sur Internet.

-          Les sels minéraux dans  www .pratique.fr

-          Les algues dans http://aquagazel.free.fr

-          Dictionnaire encyclopédique Hachette

-          Universalis

-          L'eau dans le corps humain : http://ac-versailles.fr

 

-----