Les trésors de l'Existence : l'eau

Après avoir évoqué les deux moyens de perception du monde extérieur que sont le toucher et la vue ... grâce auxquels  les êtres vivants prennent connaissance de la forme et de la reproduction de ce qui nous entoure par  l'image visuelle et le toucher, nous estimons qu'il est nécessaire d'en souligner l'importance ... et se laisser aller à l'enthousiasme émerveillé d'en disposer ... pour enrichir notre existence.

Ces deux facultés nous permettent de profiter de l'essentiel des satisfactions de notre courte vie ... La vue et le toucher nous situent par rapport à l'objet ... et la vue reconstitue dans le cerveau le monde extérieur en relief et en couleur ...

C'est ce qui nous permet de nous extasier sur la « beauté du monde » ... qui suscite en nous le sentiment du  sublime que nos sens livrent à notre perception cérébrale pour nous émerveiller ... et nous procurer la sensation du bonheur ...

Définition du sublime : Ce qu'il y a de plus élevé, dans l'ordre moral, esthétique, intellectuel (Grand Robert) - Très beau, très grand, très haut placé dans l'échelle des valeurs esthétiques ou morales (Hachette) - Qui est le plus élevé, en parlant de choses morales ou intellectuelles (Larousse) - Qui s'élève à une grande hauteur intellectuelle ou morale, en parlant des personnes (Littrè)

Cette précieuse faculté, le poète qui domine toujours en moi et en nous, même si nous nous en défendons, va profiter de ce chapitre pour donner libre cours à des débordements  dithyrambiques qu'il espère de bon aloi pour la magnifier, en affinant sa pensée jusqu'aux plus hauts sommets du lyrisme ...

A nos premiers géniteurs d'abord, l'eau, l'air et notre planète terre, eux qui ont engendré la vie ... avec la particularité qu'ils sont rares ou absents dans l'univers ...

A notre première mère physique ensuite, l'eau sous forme liquide : elle est sans doute très rare dans l'univers, ses conditions de liquéfaction exigeant une distance d'ensoleillement précise ... mais, c'est le milieu qui convient idéalement à la vie ...

La vie est née dans l'eau (peut-être dans des lagons tièdes) par apport des premières particules sans doute d'origine cosmique ...

La vie s'est développée dans l'eau et a créé hors de cet élément un milieu favorable à son extension sur tout le globe terrestre, c'est-à-dire, l'air, qui est maintenu dans la stratosphère par une couche d'ozone protectrice et régulatrice des retombée cosmiques ...  La terre est devenue ainsi une véritable cornue produisant la vie marine et terrestre...

-----

L'EAU est donc notre milieu originel, Formule chimique H2O (donc chaque molécule d'eau se compose d'un atome d'oxygène en entre deux atomes d'hydrogène) ...  C'est aussi  le principal composant de tous les organismes vivants  ... la vie s'en abreuve ... Nos ancêtres marins en proviennent ... l'eau c'est la mer, les ruisseaux, la fontaine ...

Le mot eau vient du latin aqua par passage en langue d'oc éwe, comme en Wallon, ... quant au préfixe hydro, il dérive du grec ancien  hudor ...

Le corps humain est composé à 65 % d'eau pour un adulte, à 75 % chez les nourrissons et à 94 % chez les embryons de 3 jours. Les animaux sont composés en moyenne de 60% d'eau et les végétaux à 75%. On retrouve néanmoins des extrêmes : la méduse (98%) et la graine (10%).

Le volume approximatif de toutes les réserves d'eau de la Terre est de 1 milliard 360 millions de Km³ ... dont 1 milliard 320 millions (97,2 %) dans les océans ... 25 millions dans les glaciers et calottes glaciaires ... 13 millions sont des eaux souterraines ... 250  mille se retrouvent sous forme d'eau douce dans les lacs, les mers intérieures et les fleuves ... et 13 mille sous forme de vapeur d'eau atmosphérique à un moment donné ...

Il est intéressant de signaler que le gramme a été introduit lors de la révolution française par la loi du 7 avril 1795 comme masse d'un centimètre cube d'eau à la température de 4 degré centigrade.

Un étalon en platine d'un kilogramme ainsi qu'un étalon du mètre furent déposés, le 22 juin 1799 ...  Ils devinrent ainsi les références de base du système métrique ...  On l'a appelé la triade unificatrice « décimètre-kilogramme-litre) à la base de toutes les mesures métriques  (un décimètre cube d'eau, soit le litre, étant le contenu d'un cube de dix centimètre de côté, le centimètre étant lui-même, la dixième partie du mètre qui est la quarante millième partie de la circonférence terrestre.)

La tension superficielle de l'eau ou énergie de surface est la tension qui existe à la surface de séparation de deux milieux ... c'est ce qui permet aux insectes de marcher sur l'eau  ... à la rosée de ne pas s'étaler sur les pétales des fleurs ... et explique la formation des bulles de savon ...

L'eau doit exister en abondance sous la forme de glace dans l'univers et dans d'autres galaxies parce que ses composants, l'hydrogène et l'oxygène, sont parmi les plus abondants dans l'univers ...

La distance nécessaire à maintenir une température de liquéfaction de l'eau, dépendant de son orbite autour de sa source de chaleur est tellement précise qu'il est sans doute rare de trouver les mêmes conditions dans l'Univers que celles, idéales, de notre planète terre ...

Quant à l'origine de l'eau dans l'Univers, on peut dire que l'hydrogène s'est produit très tôt dans l'Univers puisque c'est le premier atome formé  après le Big Bang ... L'oxygène, quant lui, s'est produit un peu plus tard à la suite d'une réaction de fusion thermonucléaire au sein de certaines étoiles ... Ces deux atomes se combinent au cours d'une réaction exothermique  ( qui dégage de la chaleur) pour former l'eau ...

Le point d'ébullition de l'eau, 100 degré C (appelé Celsius depuis 1948)  est élevé par rapport à un liquide de poids moléculaire égal ... Au sommet de l'Everest, l'eau bout à 68 degré C et à 100  degrés C au niveau de la mer et les eaux profondes (volcans sous-marins) peuvent atteindre des centaines de degré et rester liquide ...

C'est le frétillement des sources et la colère des torrents ... la rosée sur la fleur et la perle sur la feuille ...   la pluie au visage et le chant sur les vitres ... les nuages qui se traînent et ceux qui bourgeonnent  ... les brumes ouatées et les embruns fantômes... les papillons de neige et les flocons de soie ...  les glaciers en couteaux et les sommets azurés ... la mer bordée d'horizon et l'océan écumeux  ...

C'est elle aussi qui purifie, qui rafraîchit, qui coule, qui cascade, qui sauve, qui grossit, qui bénit, qui dort, qui stagne, qui goutte, qui inonde, qui tourbillonne, qui arrose, qui abreuve, qui lave, qui asperge, qui baptise, qui dilue, qui trempe, qui immerge, qui baigne, qui guérit, qui soigne, qui barbotte, qui jaillit, qui suinte, qui affleure, qui ondule ...

-----

 

Le chant de l'eau.


Pureté de l'eau

Glissant au bout des doigts

En larmes cristallines,

Perles d'argent des sources,

 

Eau de douceur,

Eau de fraîcheur

Caressant nos corps lourds,

Fatigués du jour,

 

Eau qui paresse,

Eau qui languit

Et marmonne

Dans les ruisseaux,

 

Eau de grandeur,

Eau de majesté,

Mangeuse de rivages,

Qui s'effondre en torrents

Et s'enroule en lourdes vagues

De mers et d'océans,

 

Tu es notre âme,

La source de nos vies,

La fraîcheur de nos sens,

Le satin de la nuit

Et le jour qui se mire.

 

-----

 

 

Et voici quelques citations « choisies » pour s'associer aux grands auteurs qui ont « joué » avec l'eau :

Il y a trois sortes d'homme politique : ceux qui troublent l'eau ; ceux qui pêchent en eau trouble ; et ceux, plus doués, qui troublent l'eau pour pêcher en eau trouble (Arthur Schnitzler, écrivain allemand ami de Sigmund Freud)

L'eau en poudre : il suffit de rajouter de l'eau pour obtenir de l'eau. (Jean Baudrillard - sociologue français)

Que vous jetiez l’océan ou un verre d'eau sur le trou d'une aiguille, il n'y passera toujours qu'une goutte d'eau. (Jules Renard)

Pour arriver, il faut mettre de l'eau dans son vin jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de vin. (Jules Renard)

Verre d'eau : quantité de liquide dans lequel les autres se noient.  (Pierre Daninos)

Consommée avec modération, l'eau ne peut pas faire de mal.(Mark Twain)

A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or.  (Hubert Reeves)

Il vaut mieux mendier du pain sur terre que de l'eau en enfer.  (Saint Luc)

La vie,  comme l'eau de mer, ne s'adoucit qu'en s'élevant vers le ciel. (Alfred de Musset)

Le vin,  c'est la lumière du soleil captive dans l'eau. (Galilée)

L'ami est plus nécessaire que le feu et l'eau.  (Cicéron)

Être jardinier, c'est être comme le Bon Dieu, c'est donner vie et beauté avec de la terre, de l'eau et des graines.  (Jean Chalon)

 

-----

 

Je ne voudrais pas terminer sans me faire, une fois de plus, l'écho de l'avertissement que lance le professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans son livre : « Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » en reproduisant les « bandeaux »qu'il y met en exergue ...

 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

 

-----

 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

 

-----